Entreprise

Le ministre de l'Économie et des Consommateurs, Kris Peeters (CD&V), a invité AB InBev à venir s'expliquer sur la dernière hausse de prix annoncée par le géant brassicole lundi. "Cette démarche est importante, tant pour l'horeca que pour le consommateur", a indiqué mardi son cabinet. Aucune date n'est encore arrêtée mais le brasseur a indiqué avoir bien reçu l'invitation du ministre. "Nous donnerons des explications complémentaires à son cabinet", a indiqué AB InBev. Le groupe va augmenter de 3% en moyenne le prix de ses bières, notamment la Leffe, la Stella Artois et la Jupiler.

"C'est bien dommage et c'est un très mauvais signal envoyé à l'horeca", a réagi la fédération Horeca Vlaanderen. Cette dernière conseille aux tenanciers de répercuter cette hausse à court ou moyen terme sur les clients.

Les gérants d'établissements horeca feront face à une hausse de 3,12% alors que dans la grande distribution, les prix devraient grimper de 2,83%. Cette mesure vaut pour tout l'assortiment. "Nous recherchons un équilibre sain entre dépenses et recettes et nous tenons compte pour ce faire des effets de l'inflation", avait commenté le brasseur lundi.

Cette décision intervient alors que la Commission européenne enquête sur un éventuel abus de position dominante dans le chef d'AB InBev sur le marché belge. Le groupe est notamment suspecté d'avoir empêché l'importation de ses bières Jupiler et Leffe en Belgique à partir des Pays-Bas et de la France. Dans ces deux derniers États, les produits en question sont moins chers en raison de la concurrence plus forte sur leurs marchés.