Entreprise

L'action bpost perdait environ 20% de sa valeur mardi matin après un "trading update". A 9h30, l'action affichait 9 euros, un record négatif pour l'entreprise depuis 2013, année de son introduction en bourse. Bpost, qui connaît une situation sociale difficile actuellement, en particulier à cause des conditions de travail dénoncées par une partie du personnel. Plusieurs grèves ont eu lieu en novembre à ce sujet. Celles-ci auront un impact sur les résultats, a déclaré Koen Van Gerven, le patron de l'entreprise.

Ce n'est pas une première pour bpost cette année. Après avoir culminé à 28 € en février, l'entreprise avait perdu près d'un tiers de sa valeur au mois de mars.

Pour rappel, le prix de l'action lors de l'entrée en bourse était de 14,50 €.


Dividende de 212 millions d'euros

Et si le CEO de bpost annonce ce mardi une année difficile à prévoir en 2019, ce lundi, l'entreprise avait confirmé le versement, le 10 décembre, d'un acompte sur dividende d'1,06 euro brut par action, soit 212 millions d'euros, après avoir dégagé un bénéfice net sur 10 mois - à la fin octobre - de 229,6 millions d'euros. L'Etat belge, actionnaire à hauteur de 51%, en percevra donc un peu plus de la moitié. 

Si les résultats de 2018 sont conformes à ses attentes, l'entreprise postale s'attend par contre à un impact négatif "significatif" sur ceux de 2019. La politique appliquée par bpost en matière de dividendes consiste à allouer au minimum 85% du bénéfice net après impôts de bpost S.A. par le biais de deux paiements scindés. Il s'agit d'un acompte sur dividende versé en décembre, sur base du résultat net des 10 premiers mois de l'exercice, et un dividende final, après l'assemblée générale des actionnaires, basé sur le résultat net des deux derniers mois de l'exercice, rappelle l'entreprise dans un communiqué.

Le 7 novembre dernier, son conseil d'administration a par ailleurs confirmé son intention d'atteindre le même niveau de paiement de dividende que l'année dernière.

"Les résultats de cette année sont conformes à nos attentes pour 2018", commente le CEO Koen Van Gerven. "Les difficultés rencontrées au niveau des opérations liées au courrier en Belgique ont partiellement été compensées par l'introduction de la nouvelle formule de prix, par une forte croissance des paquets au niveau national et par des acquisitions. En conséquence, nous sommes à même d'octroyer le même acompte sur dividende qu'en 2017."

Pourquoi une année difficile à prévoir ?

Pour 2019 par contre, bpost "s'attend à un impact négatif significatif découlant de plusieurs éléments". A savoir: une accélération de l'indexation du coût salarial, menant à environ 1% de coûts additionnels par rapport à ce qui était planifié, le délai d'implémentation des initiatives de productivité du personnel dans les opérations courrier (qui ne pourront être mises en oeuvre en 2019) et une accélération des mesures structurelles pour le modèle de distribution, qui impactera négativement la base de coûts de 10 à 15 millions d'euros, précise la direction. Mais la grande inconnue reste l'impact des mesures actuellement négociées avec les syndicats dans le cadre d'une nouvelle convention collective de travail.