Entreprise

L'ancien président de la Banque centrale américaine Alan Greenspan, 92 ans, est vivant et va bien, a fait savoir son entourage mardi alors qu'un tweet d'un faux compte de l'économiste William Nordhaus, récompensé la veille par le Nobel de l'économie, annonçait plus tôt son décès. "L'ancien président de la Fed Alan Greenspan est mort", pouvait-on lire dans le tweet d'un faux compte de William Nordhaus. Une heure plus tard, un second tweet indiquait: "Ce compte est un faux, créé par le journaliste Tommasso Debenedetti".

Mais la nouvelle s'était déjà rapidement répandue sur la toile, poussant la femme du faux défunt à démentir elle-même la fausse nouvelle... dans un tweet. "Jusqu'à présent, les rumeurs sont des canulars", a indiqué Andrea Mitchell, par ailleurs correspondante pour NBC, en référence au fait que la mort d'Alan Greenspan avait déjà été faussement annoncée par le passé. "Alan va bien. En fait, il sort un livre la semaine prochaine!", a-t-elle ajouté.

Le journaliste italien Tommasso Debenedetti n'a pu être joint par l'AFP pour confirmer ou infirmer cette information.

Fin août, c'est le cinéaste franco-grec Costa Gavras, 85 ans, qui avait dû démentir son propre décès, annoncé par plusieurs médias internationaux, sur la foi d'un faux tweet également attribué à ce journaliste.

M. Debenedetti, s'il est bien l'auteur de toute cette affaire, est un récidiviste: il a déjà "tué" en quelques caractères l'écrivaine JK Rowling, Mikhaïl Gorbatchev, Fidel Castro ou le pape, présentant ses tweets fallacieux comme un outil pour dénoncer les "points faibles" des médias et "la fragilité des réseaux sociaux".

"Je ne m'en prends qu'à des personnalités de premier plan qui ont tout à fait les moyens de démentir très vite. Je n'annoncerais jamais la mort d'un écrivain de second rang ou celle de ma voisine de palier", avait-il indiqué en 2013 dans un entretien à l'AFP.

William Nordhaus n'était, lui, pas immédiatement joignable pour faire un commentaire. L'université de Yale où il officie a simplement confirmé qu'il s'agissait d'un faux compte de l'économiste utilisé à des fins de canular.