Entreprise Les trois grandes agences de notation attribuent toutes la même note à la dette publique des Etats-Unis, "triple A" soit la meilleure possible, mais ont une appréciation différente sur la façon dont elle pourrait évoluer.

STANDARD AND POOR'S, considérée comme la plus influente dans la notation des Etats, a lancé l'avertissement le plus sévère. Elle a abaissé le 18 avril, de "stable" à "négative", la perspective attachée à la note "AAA" des Etats-Unis, face à l'absence de plan crédible pour réduire le déficit budgétaire. A l'époque, elle estimait à "au moins une chance sur trois" la probabilité d'un abaissement de la note dans les deux ans. Trois mois plus tard, le débat budgétaire s'était enlisé et il y avait "au moins une chance sur deux" pour que les Etats-Unis perdent leur "AAA" sous trois mois.

MOODY'S, la doyenne, a attribué mardi une perspective "négative" à son "Aaa". Le 13 juillet, elle a ouvert une période d'examen de cette note et, en vue de maintenir sa perspective "stable", demandait "un accord substantiel et crédible" pour réduire le déficit. Cette attente a été déçue. Elle a fait des commentaires sévères tant sur "la discipline budgétaire" que suppose un "Aaa" que sur le "potentiel de croissance" de l'économie américaine.

FITCH attribue une perspective "stable" au "AAA" des Etats-Unis. Sa période de revue s'est ouverte le 8 juin et doit s'achever "d'ici à la fin août". Mardi, elle a estimé que pour le moment, la situation budgétaire du pays justifiait encore le "triple A": elle a salué "un premier pas important", car pour elle "il y a la capacité et la volonté politiques de prendre les bonnes mesures au final".