Entreprise

Les critiques allaient bon train lorsqu'en octobre 2006, la création de l'Agence de stimulation économique (ASE) fut annoncée. "Encore un "machin" de plus dans le labyrinthe économique wallon" , jugeaient les plus sceptiques. La fonction annoncée était pourtant toute autre puisque le double objectif affiché était une réforme des dispositifs de soutien aux entreprises et une sensibilisation à l'esprit d'entreprendre.

"Un second axe primordial" , avait déjà fait comprendre l'ASE à l'époque. Ce vendredi, les premiers résultats apparents de cette politique ont été exposés par Luc Partoune, président de l'ASE, et ses acolytes. Depuis 2 mois, 5 enseignants, spécialement formés "de façon hard" , au marketing et au cadre dans lequel s'inscrit leur mission, soit le Plan Marshall, se sont attelés à diffuser la bonne parole dans les écoles secondaires et supérieures. Les premiers résultats seraient très encourageants.

Bourses de 5 000 euros

Ce n'est pas un hasard que cette "interaction école-agence économique", car pour répondre au mieux à l'objectif annoncé (sensibilisation à l'esprit d'entreprendre), tout a été mûrement réfléchi. La cible d'abord : les étudiants, acteurs économiques de demain. L'outil ensuite : 5 enseignants pour permettre une meilleure sensibilisation et éviter la confrontation brutale des étudiants avec le monde de l'entreprise. En bout de course enfin, une carotte : la possibilité pour tout projet étudiant de bénéficier d'une bourse de 5 000 euros.

En 2 mois, 165 collaborations avec les directeurs ont été entamées et 50 dossiers concrets ont émergé. Et s'il ne s'agit pas de créer effectivement une activité, l'esprit d'entreprendre étant ici privilégié à l'esprit d'entreprise, le bénéfice réside bien sûr dans le fait d'avoir suscité l'autonomie et la créativité, "indispensables pour lancer son activité d'indépendant" . A cet effet, le budget de l'ASE est passé de 700 000 euros à 1,6 million, 11 opérateurs ont été agréés par l'ASE et un comité d'accompagnement a été mis en place.

L'ASE se dit convaincue qu'il s'agit là de la bonne marche à suivre en Région wallonne qui serait - les acteurs présents n'ont pas manqué de le souligner - des plus frileuses en terme d'esprit d'entreprendre. En Belgique, 18 pc de la population souhaiteraient devenir indépendants contre 28 pc en Europe et 42 pc aux Etats-Unis. Un constat par ailleurs confirmé par les enquêtes de l'Euromonitor qui montrent que 68 pc des Belges n'ont jamais pensé à créer leur entreprise.