Entreprise

Bilan. Parmi les atouts du cinéma belge, on trouve le tax shelter, incitant fiscal permettant à une entreprise de déduire le montant de ses bénéfices investis dans la production audiovisuelle. Sept ans après son vote, elle a, de l’avis général, permis de structurer l’industrie belge du cinéma. Le tax shelter a aussi attiré en Belgique des coproductions internationales (parmi des films récents : "Hors-la-loi" de Rachid Bouchareb ou "Rien à déclarer" de Dany Boon). Avec ce mécanisme, sont apparues des sociétés, dites "intermédiaires tax shelter", qui lèvent les fonds auprès des entreprises et les investissent dans les productions cinématographiques. Parmi celles-ci, citons Scope (qui a coproduit "Rien à déclarer" de Dany Boon), Inver Invest (lié aux producteurs de Bouli Lanners ou Olivier Masset-Depasse), Taxshelter.be (Patrick Quinet), Casa Kafka Pictures (émanation de la RTBF) ou Motion Investment Group (lire ci-contre, en bas).