Entreprise

Le Premier ministre australien Malcom Turnbull et son ministre du Commerce, Steven Ciobo, ont salué mercredi l'aval européen à l'ouverture de négociations commerciales entre l'UE et l'Australie. Ils estiment que cet accord de libre-échange avec des partenaires partageant "le même état d'esprit" pourrait être "le plus important que l'Australie ait jamais conclu". "Libre-échange et ouverture des marchés signifient plus d'emplois et une économie plus forte, c'est une bonne nouvelle, nous devons désormais nous mettre au travail et accoucher d'un accord juste pour l'Australie et l'Europe", a commenté sur Twitter le Premier ministre australien Malcom Turnbull dans un message à l'adresse du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Le conseil européen, à l'occasion d'une réunion des 28 ministres européens des Affaires étrangères, a accordé son autorisation mardi à la Commission européenne d'ouvrir des négociations pour dégager un accord commercial avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Un premier round de négociations devrait avoir lieu en juillet à Bruxelles. En préalable, la commissaire européenne chargée du Commerce Cecilia Malmström se rendra à Canberra et Wellington mi-juin pour formaliser l'ouverture du dialogue.

"Un accord de libre-échange avec l'UE va ouvrir un marché de biens et services d'un demi-milliard de personnes (...). Ceci pourrait potentiellement être l'accord commercial le plus important que l'Australie ait jamais conclu", ont commenté Malcom Turnbull et son ministre dans une déclaration commune.

L'UE et l'Australie, "des partenaires dans le même état d'esprit", partagent un "engagement pour un système commercial mondial régulé et l'ouverture des marchés".

Ils affirment vouloir assurer un meilleur accès aux produits alimentaires et agricoles australiens en "créant un cadre pour un commerce ouvert, juste et équitable", de même qu'offrir un soutien à l'innovation et à l'économie numérique.

L'UE est le troisième partenaire commercial de l'Australie. En 2017, les échanges commerciaux bilatéraux annuels représentaient un montant de plus de 47,7 milliards d'euros, avec une balance commerciale excédentaire de plus de 21 milliards d'euros en faveur de l'UE.