L'e-commerce belge toujours au ralenti

Mathieu Van Overstraeten Publié le - Mis à jour le

Entreprise

Contrairement à ce qui se passe dans d'autres pays, l'e-commerce belge n'a jamais décollé. Il y a quelques années, la grande blague dans le secteur était d'ailleurs d'affirmer que le chiffre d'affaires de l'ensemble des ventes aux particuliers sur Internet était équivalent à celui d'une grande surface.

`Aujourd'hui, on parlerait plutôt de plusieurs GB mais il est vrai que cela reste minuscule par rapport à l'ensemble de la distribution en Belgique´, affirme Benny Sintobin, de la société Frucon, qui gère les sites Gift, GiftsOfCourse, Destrooper, Duvel, Jacqmotte et Neuhaus. `Dans le marché des consommateurs belges, il n'y a pas de forte croissance. Par contre, cela commence à bouger au niveau des entreprises, qui utilisent de plus en plus l'Internet pour commander les cadeaux destinés à leurs clients ou à leur personnel, et au niveau des ventes internationales. Chez nous, l'étranger représente deux tiers de notre chiffre d'affaires.´

Le discours est un peu différent chez Aquarelle, un site qui vend en ligne des bouquets de fleurs et qui les livre en 24 heures partout dans le Benelux et, depuis peu, en Allemagne. `Nous en sommes à 75 pc d'augmentation sur les 10 premiers mois de l'année et nous comptons faire aussi bien l'année prochaine´, affirme Ronald Boeckx, l'administrateur délégué de la société. `Cette année, nous devrions avoir vendu un total de 40.000 bouquets.´

Peu d'offre en Belgique

Le fleuriste anversois reste néanmoins plus réservé quant à l'évolution de l'e-commerce en Belgique, qui stagne selon lui. `Par rapport aux pays voisins, il y a très peu d'offre sur l'Internet belge´, dit-il. `Personnellement, cela ne me gênerait pas d'avoir trois ou quatre concurrents, cela ferait du bien au marché. La meilleure preuve est que nos ventes sont très bonnes en Allemagne, où il y a un plus grand nombre de sites Web marchands et où les consommateurs ont une plus grande habitude de l'achat en ligne.´

La librairie en ligne Proxis est un des pionniers de l'e-commerce belge. Steven Pyck, l'administrateur délégué qui tente depuis plus d'un an de prouver la viabilité du site, se veut plutôt confiant. `Cette année, mon but est avant tout de prouver à mes actionnaires que Proxis peut atteindre l'équilibre financier´, dit-il. `Il semble que nous allons y parvenir: cela va un peu mieux chaque mois´.

Steven Pyck reconnaît néanmoins que le chiffre d'affaires ne croît pas de façon spectaculaire. `Mais ce n'est plus ça qui nous intéresse´, dit-il. `L'essentiel aujourd'hui est que nous parvenions à dégager de bonnes marges.´

S'il demeure extrêmement prudent quant à toute prévision chiffrée, le patron de Proxis se veut néanmoins assez optimiste. `Le succès de Telenet et de l'ADSL a fait du bien à l'ensemble de l'Internet belge´, affirme-t-il. `Il a rompu en effet avec le mythe du tout-gratuit qui s'était installé parmi les internautes. Aujourd'hui, on remarque que ceux-ci sont prêts à payer pour ce qui les intéresse, même si cela demande un certain temps d'adaptation. Cela nous rend confiants pour l'avenir.´

Un bon mois d'octobre

Comme dans la distribution traditionnelle, les fêtes de fin d'année sont une période très importante pour les sites d'e-commerce. Tous s'accordent à dire que le mois d'octobre a été prometteur. `Jusqu'à présent, les chiffres sont effectivement assez bons´, dit Marc Nagelmackers, le directeur de Shopmat, le site de vente de matériel informatique du groupe Systemat. `La fin d'année ne sera peut-être pas exceptionnelle mais elle sera en tout cas bonne.´

Comme la plupart des autres patrons de sites, Marc Nagelmackers affirme néanmoins que ce n'est pas du grand public que viennent les bons chiffres. `Le business-to-business marche bien mieux que le business-to-consumer´, explique-t-il. `Mais tant dans l'un que l'autre, il faut travailler de manière proactive. En ce qui nous concerne, nous faisons des projets spéciaux pour les étudiants par exemple, ou pour les employés de grandes entreprises. Si vous créez un site d'e-commerce en attendant que les clients viennent tous seuls, ça ne marchera pas.´

© La Libre Belgique 2002

Mathieu Van Overstraeten