Entreprise

L'organisation de pilotes Belgian Cockpit Association (BeCA) rejoint le syndicat chrétien et rejette la contre-proposition de CCT envoyée par Ryanair. "Après une analyse détaillée du texte, nous devons hélas conclure que cette nouvelle version n'est pas acceptable", indique-t-elle jeudi dans un communiqué. Tout comme la CNE, BeCA a décidé de soutenir les actions de grève organisées par les membres d'équipage le 28 septembre. Les syndicats belges ainsi que BeCA avaient transmis mardi dernier un projet de convention collective de travail (CCT) à Ryanair et lui avaient laissé une semaine pour se prononcer. Chose qu'elle a faite mardi. Dans sa réponse, la compagnie aérienne se disait prête à reconnaître des délégations syndicales - elle appelait les syndicats à former ces délégations - et à inscrire la législation nationale sur le travail dans de futures CCT, mais pas avant 2020. Elle demandait en contrepartie que la grève du 28 septembre soit annulée.

Si le Setca et la CGSLB avaient estimé que "ce pas en avant de la direction marquait une réelle avancée dans le dossier", la CNE - qui est le seul syndicat à représenter actuellement les travailleurs Ryanair lors de réunions avec des syndicats d'autres pays - avait directement tiré sur la proposition, jugée "absurde". Pour le syndicat chrétien, ce n'était qu'une énième manoeuvre pour gagner du temps.

BeCA suit la même ligne. "Ryanair veut postposer l'application du droit du travail belge jusqu'à mars 2020. C'est inacceptable", indique l'organisation, affirmant que cette application est "un prérequis à tout processus de négociations". "Nous pensons que la réponse de Ryanair n'est qu'une nouvelle tentative visant à gagner du temps et ainsi éviter toute autre action." Par conséquent, l'organisation a décidé de soutenir les actions de grève organisée le 28 septembre prochain dans plusieurs pays européens.