Entreprise

Glaverbel et Recticel sont deux valeurs de moyenne capitalisation de la place belge et contrôlées à plus de 50 pc par un actionnaire de référence. Si les deux groupes n'ont a priori pas beaucoup de points communs, ils partagent toutefois une grande exposition sur le secteur automobile. Glaverbel au travers de son activité de vitres pour voitures et Recticel au travers de son activité de transformation de polyuréthane (qui permet de fabriquer entre autres des sièges ou des tableaux de bord).

PÉNURIE DE VERRE

Glaverbel est le troisième producteur de verre européen derrière le britannique Pilkington et le français Saint-Gobain, et est détenu à 55 pc par le groupe japonais Asahi Glass. Depuis quelques années, le groupe s'est nettement renforcé dans la production de verre destinée à l'industrie.

Alors que Glaverbel n'assurait que 4 pc de la production européenne au début des années 90, il en assure maintenant environ 25 pc, notamment suite au rachat des activités de PPG en 1998. Il assure ainsi aujourd'hui la fourniture de verre pour les chaînes d'assemblage de Volkswagen, Audi ou Skoda.

Toutefois, les marges de cette division sont encore relativement inférieures à celles constatées dans les autres divisions, essentiellement en raison de la faible rentabilité de Splintex Fleurus, ce qui a poussé Glaverbel à lancer une réorganisation massive de cette unité. À terme, cela devrait entraîner un redressement des marges de cette activité. Dans le courant de l'année 2000, cette division a néanmoins enregistré des performances modestes notamment en raison des difficultés rencontrées par Rover et par les moindres commandes en provenance des producteurs nippons.

Toutefois, ce ne sont pas les activités à destination de l'industrie automobile qui expliquent le redressement du cours depuis le mois d'avril 1990. L'essentiel des activités de Glaverbel est en effet centré sur le secteur de la construction (plus de 50 pc des ventes). Le redressement économique constaté en Europe ces derniers mois a relancé la demande de verre. En 1999, les prix avaient en outre été déprimés par des importations à bas prix provenant de l'Asie. Ce facteur qui pesait sur les prix a également disparu avec la relance constatée dans ces pays.

Dès lors, les cours du verre sont repartis à la hausse depuis le début de l'année dernière de près de 10 pc, au moment même où le groupe ouvrait une quatorzième unité de production en Espagne. Et pour bénéficier de ce bon climat, Glaverbel investit maintenant dans une quinzième ligne qui devrait être prête d'ici la fin du second semestre 2001 sur le site de Moustier.

Sur l'exercice 2000, ces bonnes conditions économiques et fondamentales ont permis une progression de 12 pc du chiffre d'affaires et de 296 pc pour le bénéfice net, ce qui a entraîné l'embellie du cours. Le cours de Glaverbel devrait donc confirmer sa hausse de 30 pc enregistrée depuis un an, d'autant que la valorisation du groupe reste encore très attractive.

EN VOIE DE REDRESSEMENT

Depuis maintenant près de 2 ans, le cours de Recticel oscille dans une bande comprise entre 9 et 11 euros, sans vraiment parvenir à en sortir. Pourtant, les signes d'amélioration sont nets depuis que le groupe est sorti du giron de la Société Générale de Belgique pour échouer dans celui de Rec-Hold (qui comprend des membres de familles contrôlant d'autres groupes cotés tels que Sioen, Ter Beke, Corona Lotus ou encore Spector).

D'une part, le groupe s'est débarrassé de plusieurs filiales non profitables qui handicapaient la productivité du groupe. D'autre part, le groupe a pratiqué une politique d'acquisition relativement agressive pour se renforcer dans les domaines où il est fort, à savoir la production de sommiers et de matelas et la construction de composants pour l'industrie automobile et la fabrication de matériaux d'isolation.

Dans tous ces domaines, Recticel est spécialisé dans la transformation de polyuréthane, un plastique dont le cours a fortement augmenté durant l'année 2000 (en parallèle avec la hausse des prix pétroliers) mais dont la hausse a été plus que compensée par d'importants gains de productivité qui ont été la conséquence directe de la rationalisation des activités. Sur l'ensemble de l'année, le groupe a ainsi confirmé une croissance modeste du chiffre d'affaires (+4,5 pc) couplée à une nette amélioration du résultat net (+20,3 pc).

Pour le futur, Recticel est particulièrement enthousiaste pour sa branche automobile. Actuellement, 99 pc du revêtement intérieur d'une voiture sont encore réalisés en PVC. Toutefois grâce à sa technologie Colofast Spray, le groupe dispose aujourd'hui d'une technologie révolutionnaire sur laquelle il compte pour continuer sa percée sur ce marché. Après un premier contrat commercial en 1993 avec General Motors, Recticel enregistre maintenant une forte accélération de son activité dans ce domaine (avec des contrats pour fournir BMW, Mercedes, VW, General Motors), et a récemment annoncé de nouvelles lignes de production en Allemagne, en Belgique, aux Etats-Unis et au Japon.

ANALYSTES POSITIFS

Les analystes restent assez positifs sur les deux groupes. Pour Glaverbel, le redressement des prix sur le marché du verre et la forte hausse des résultats enregistrés depuis le début de l'année ont entraîné 3 avis d'achats sur le dernier trimestre. Pour Recticel, les avis sont également positifs (2 acheter et 1 neutre) sur les trois derniers mois, avec notamment la perspective de voir le bénéfice décoller dans le sillage de la branche automobile. Actuellement, la valorisation et les perspectives de croissance semblent faire pencher la balance davantage dans la direction de Glaverbel.

© La Libre Belgique 2001