Entreprise

La Chine a la cote auprès des compagnies aériennes belges. Après Air Belgium qui a l’ambition de relier Bruxelles à Hong Kong, c’est au tour de VLM Airlines d’annoncer ses projets pour des vols vers la Chine. C’est du moins ce qu’affirme le "Tijd" dans son édition de mercredi. Pour rappel, VLM Airlines, connu pour ses vols entre Anvers et Londres, était tombé en faillite l’année dernière.

Mais récemment, la compagnie a été reprise par des investisseurs néerlandais et chinois. Portée par ses nouveaux actionnaires, la compagnie belge aurait ainsi l’intention d’atteindre l’Empire du Milieu depuis les aéroports de Bruxelles et d’Ostende. Encore lui faut-il acquérir les avions long courrier lui permettant d’y arriver. Car si la compagnie a obtenu sa licence belge (AOC) pour les deux Airbus A320 qu’elle a rachetés à Thomas Cook, ces derniers avions n’ont pas la capacité opérationnelle pour atteindre la Chine depuis la Belgique.

Pour Air Belgium, le problème est inverse. La compagnie de Mont-Saint-Guibert va se voir livrer son premier avion ce mois-ci, un Airbus A340 lui permettant de relier Bruxelles à Hong Kong comme elle le souhaite. Mais elle ne dispose pas encore de licence belge. Or sans cet AOC, Air Belgium est toujours clouée au sol.

Ce qui n’empêche pas le patron Niky Terzakis, de multiplier les démarches pour que sa compagnie puisse décoller en 2018. Le week-end dernier, Air Belgium a ainsi organisé des séances de recrutement d’équipages à Hong-Kong. Reste encore à convaincre les autorités belges à délivrer cette fameuse licence, véritable Graal pour toute compagnie aérienne.