Entreprise Chantier

Satisfaction mitigée pour le secteur de la construction à l’heure du bilan de 2012. Un bilan jugé "honorable " par la Confédération Construction " si l’on tient compte du contexte économique général particulièrement morose". Selon les dernières estimations de l’Institut des comptes nationaux, le niveau d’activité moyen en 2012 a enregistré une progression de 0,9 % par rapport à 2011. "Ces chiffres cachent cependant une réalité moins attrayante", souligne la Confédération. "En effet, la progression de l’activité enregistrée résulte d’un acquis de croissance dont le secteur bénéficiait au début de l’année et non pas d’une évolution favorable de l’activité en cours d’année. Les chiffres trimestriels montrent en effet que l’activité a reculé au cours des deux derniers trimestres de l’année, ce qui indique que la construction était donc en récession au second semestre. Fin 2012, l’activité du secteur avait ainsi baissé de 1,3 % par rapport à fin 2011 alors que dans l’intervalle, la moyenne de l’économie n’avait reculé que de 0,5 %. La construction a donc en réalité davantage souffert en 2012 que la moyenne des autres secteurs d’activité."

L’emploi salarié a lui aussi souffert. Pour la première fois depuis 2000, il a connu une diminution (- 3 500). Entre le 4e trimestre 2011 et le 4e trimestre 2012, la baisse a été de 1,3 %.

Tous les sous-secteurs de la construction ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi, le génie civil a réalisé de bonnes performances en 2012, avec une hausse de 4 %, due essentiellement aux élections communales. Le non-résidentiel neuf est en hausse de 7 % grâce à un volume important de bâtiments à construire, plus élevé au début 2012 qu’un an auparavant, et au maintien d’un volume important de bâtiments autorisés tout au long de l’année. Par contre, la construction résidentielle neuve a souffert du nombre peu élevé de logements autorisés. La baisse de l’activité est estimée à 3,5 %. Schéma identique pour la rénovation, avec un recul de 2 %.

Perspectives

Et pour 2013 ? La tendance à la baisse devrait se poursuivre. La Confédération Construction estime que le génie civil sera " fortement influencé par le cycle d’investissements des pouvoirs locaux, qui entre dans sa phase de repli traditionnel au lendemain des élections communales". La baisse est estimée à 5 % en 2013. Pour la rénovation, le secteur table sur une diminution de 1 % imputée au manque de croissance économique et à la suppression de la plupart des avantages fiscaux liés aux travaux d’économies d’énergie.

Côté positif, l’augmentation du nombre de logements autorisés en 2012 devrait entraîner une croissance du résidentiel neuf. Elle est estimée à 1 %. Le non-résidentiel devrait lui aussi bénéficier d’une progression. Mais ces évolutions positives ne devraient pas suffire à compenser les points négatifs, estime la Confédération Construction. Pour l’ensemble du secteur, elle table sur un repli de 0,2 % en 2013 et craint surtout pour l’emploi avec la perte de 50 000 postes d’ouvriers dans les prochaines années.