Entreprise

La croissance économique de l’Inde a sévèrement ralenti à 5,3 % au quatrième trimestre de son exercice budgétaire 2011/12. Pour l’ensemble de l’année, la croissance a décéléré à 6,5 %, selon les données officielles, alors que le gouvernement tablait sur une progression de 6,9 %. Le pays avait encore enregistré une croissance de 8,4 % l’année précédente. La troisième puissance économique du continent asiatique a été affectée par un recul du secteur manufacturier et la baisse de la roupie à un plus bas historique suggère que l’activité va rester sous pression.

C’est un considérable revers pour l’Inde qui avait l’habitude d’afficher avant la crise financière des taux de croissance de plus de 9 % et ambitionnait de dépasser la Chine au rang de première économie émergente du monde. Ces performances vont inévitablement mettre sous pression l’argent investi dans l’économie indienne. En 2011, l’Inde et les pays d’Europe de l’Est faisaient d’ailleurs partie des grands perdants du hit-parade des fonds de placement disponibles pour les investisseurs belges.

"Ces chiffres posent un dilemme pour les responsables politiques, alors qu’ils ont peu de marge de manœuvre budgétaire pour stimuler la croissance et que la portée d’un assouplissement monétaire est très étroite, en raison de l’inflation élevée", a estimé Dariusz Kowalczyk, économiste chez Crédit Agricole CIB à Hong Kong. L’inflation en Inde s’élève actuellement à plus de 7 %. La roupie est tombée jeudi à un nouveau record contre le dollar et affiche une glissade de 14 % par rapport à son plus haut de cette année. Avant même la publication des chiffres du PIB jeudi, les économistes avaient abaissé leurs prévisions de croissance pour la troisième économie asiatique. Ils tablent sur une progression du PIB comprise entre 6 % et 6,5 % pour l’année fiscale qui se termine fin mars 2013, tandis que le gouvernement prévoit 7,5 %.

A l’annonce de ces chiffres, la Bourse de Bombay a dévissé de 1,38 %, affectant surtout les valeurs automobiles et bancaires. Les échanges étaient aussi ralentis jeudi en raison de l’appel à une grève générale lancé par l’opposition pour protester contre la hausse des prix des carburants à la pompe.

Autre géant asiatique, la Chine voit aussi son modèle de croissance s’essouffler, dans une moindre mesure. Le rival économique de l’Inde a enregistré une croissance de son PIB de 9,2 % en 2011 après 10,4 % en 2010 et au premier trimestre 2012, la croissance a ralenti à 8,1 %.(Avec AFP et Reuters)