Entreprise

En 1998, l'industrie pharmaceutique n'avait d'yeux que pour les médicaments contre le cancer, censés lui procurer des rentrées juteuses (chacun, au moins, un milliard de dollars) par an. François Fornieri (à droite sur la photo), un ingénieur chimiste de Liège, travaillait à l'époque pour l'une de ces multinationales du médicament, à savoir la firme Shering, leader mondial de la pilule contraceptive. «J'ai eu l'idée de fonder ma propre société dédiée à 100 pc à la santé féminine, cette idée allait à l'encontre de la stratégie de mon employeur», raconte-t-il. En juillet 1999, avec l'aide de Meusinvest (toujours actionnaire aujourd'hui) et de l'Université de Liège (ULG), il fonde Mithra Pharmaceuticals, une «spin off» spécialisée dans une niche bien précise: la santé féminine.

En très peu de temps, la PME liégeoise est devenue une référence dans ce domaine et auprès des gynécologues belges.

Il y a deux ans, alors que les firmes de médicaments génériques ne croyaient pas au succès des copies de contraceptifs, Mithra a lancé la première pilule générique (Desorel 20 et 30) sur le marché. «Nous sommes toujours les seuls à ce jour», indique le fondateur qui codirige aujourd'hui Mithra avec Louis Lambo (à gauche sur la photo).

La société liégeoise, qui occupe 24 personnes, développe et commercialise aussi des produits pour l'ostéoporose, la ménopause, l'hygiène intime et les cancers féminins. «Notre gamme comprend 22 produits dont 12 sont issus de notre recherche et cinq génériques», précise M. Fornieri.

En 2005, pour la première fois depuis sa création, la «spin off» a clôturé l'exercice sur un bénéfice net (165 000 euros). Son chiffre d'affaires a, lui, bondi de 245 pc par rapport à 2004, à 5,6 millions d'euros. Mithra réalise actuellement 85 pc de son chiffre d'affaires en Belgique et au Luxembourg, les 15 pc restants étant générés par l'exportation de ses produits, notamment en Asie, Afrique et Europe de l'Est. Mithra a ainsi signé une trentaine de contrats à l'étranger, dont deux récemment en Chine et en Afrique du Sud, pour y livrer ses pilules contraceptives.

La société, qui ne fabrique pas encore ses produits en Belgique (une partie de sa production se fait à Aix-la-Chapelle), a annoncé cette semaine la construction d'une ligne de fabrication en Wallonie. Celle-ci devrait être installée à Liège et être opérationnelle en 2008. Le coût de cet investissement est de 3 millions d'euros.

Quelle est la clé du succès de Mithra? «Les synergies et les partenariats», répond son fondateur. Partenariats avec l'université, les pouvoirs publics, les firmes pharmaceutiques. La société a ainsi noué des accords de distribution avec Novartis et Solvay et a, comme partenaire pour la distribution de ses contraceptifs, Docpharma qui possède aussi 8 pc de son capital. «Une PME ne peut réussir aujourd'hui que grâce aux synergies», explique François Fornieri qui s'est aussi lancé dans la consultance: «Notre modèle de société est aujourd'hui étudié comme case-study à l'Université de Harvard.»

© La Libre Belgique 2006