Entreprise

Remise en compétition après la faillite de son titulaire, la fréquence provinciale FM (paquet de 11 fréquences), occupée précédemment par Zone 80, vient d’être attribuée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Selon nos informations, le régulateur des ondes aurait décidé d’attribuer la seule fréquence disponible pour émettre à l’échelle de la province de Liège à Maximum FM. Le projet porté par Luc Hoven (ex-radio Contact à Liège) et les organisateurs des Francofolies de Spa (Jean Steffens, Patrick Mignon, Patrick Lienne) a donc été préféré à ceux des autres candidats que sont Sud Radio (Mons) et L-Radio (Liège). Derrière la candidature de L-Radio se retrouve notamment Tecteo, le groupe dont la marque phare est VOO et qui entend concurrencer Belgacom avec son décodeur VOOrecorder.

Contacté par nos soins, Luc Hoven (revenu en Belgique depuis 2 ans après avoir élu domicile à Monaco) attend d’avoir la confirmation officielle du CSA avant de crier victoire. Mais il précise que Maximum FM vise à développer en province de Liège une radio généraliste pour les 20-40 ans alliant musique et informations. "Notre objectif est d’être une radio de proximité en province de Liège et présente dans les endroits où les grandes stations ont désinvesti pour se replier à Bruxelles. Il y a un vide à Liège que nous voulons combler", nous a-t-il confié. Il rappelle s’être allié aux organisateurs des Francofolies de Spa pour leur connaissance du milieu du spectacle et culturel. Maximum FM avait participé au premier appel à candidature, mais elle avait perdu la course au profit de Zone 80. Cette fois, la pertinence du projet semble avoir séduit les membres du collège d’autorisation et de contrôle du CSA. Maximum FM sera recapitalisée à concurrence de 300000 € à 400000 € et réparti entre Luc Hoven (35 %), Tony Disciascio (35 %) et le reste pour le trio d’Impact Diffusion, co-organisateurs des Francofolies de Spa. Dans la première année, Luc Hoven annonce une équipe de 5-6 travailleurs. Equivalent temps plein (ETP), mais dit-il, "d’ici 3 ans, l’équipe sera d’une dizaine de personnes".