Entreprise

Les choses se bousculent (enfin) à Liège sur ce qui deviendra l'avant-scène de la nouvelle gare des Guillemins signée par l'architecte catalan Calatrava.

Fin 2007, le projet de périmètre de remembrement urbain (PRU) déposé par la Ville et la Région, englobant le parvis de la gare, le flanc droit de la perspective vers la Meuse ainsi que le terrain appartenant à la SNCB entre les rails et la rue du Plan Incliné, était approuvé par le ministre wallon Antoine en charge du développement territorial.

Quelques semaines auparavant, la Régie des bâtiments, locataire, pour le compte de l'Etat, de la Tour des Finances (39 000 m²), rue du Paradis, lançait un appel d'offres pour le relogement des 900 fonctionnaires. Son bail, avec la société Fedimmo (dont la sicafi Befimmo est actionnaire à 90 pc et l'Etat belge à 10 pc), se termine en effet le 31 décembre 2012.

De quoi créer une animation certaine dans la Cité ardente (assortie de plusieurs échanges de vues sur fond de conflits politiques) et le dépôt de plusieurs demandes de certificats d'urbanisme n° 2 (CU2) à la commune. C'est que le temps presse : les offres doivent être remises le 5 juin à la Régie. "Nous sommes très sollicités actuellement, reconnaît Michel Firket, échevin de l'Urbanisme. Des enquêtes publiques ont ou vont démarrer. On met la pression pour que le délai de 70 jours soit tenu, voire raccourci."

Cinq offres à l'appel

Cinq demandes ont été déposées. "Deux sur le site du Val Benoît, rentrées respectivement par Moury et Strabag, poursuit l'échevin, une près de la gare d'Angleur, une par la SNCB rue du Plan Incliné et, enfin, celle de Fedimmo, sur le site dit du Paradis." Rien n'est encore joué, bien sûr. Et ce sera à la Régie de décider. "Mais il est clair pour nous que plus on se rapproche du PRU, mieux ce sera", ajoute-t-il. Ce qui avantage les projets SNCB et Fedimmo.

Ce dernier présente d'ailleurs une vision architecturale déjà très avancée. "C'est que nous y sommes penchés depuis le 22 décembre 2006", dit en souriant Benoît De Blieck, CEO de Befimmo. C'est-à-dire au lendemain de l'acquisition de Fedimmo (62 immeubles de l'Etat répartis partout en Belgique). "Comme d'ailleurs sur tous les immeubles assortis de baux courts, inférieurs à 6 ans, précise-t-il. Mais plus encore sur le site du Paradis qui est un fameux challenge." Et d'insister que "appel d'offres ou pas, on aurait fait la même chose. L'effet déclencheur, c'est la fin du bail."

Reste que Fedimmo s'est admirablement adapté au cadre du PRU. "Nous respectons les gabarits imposés et si nous proposons une tour, c'est qu'elle est inscrite dans le PRU", ajoute Martine Rorif, directrice de projet pour Befimmo. La tour de Fedimmo compte 27 étages et culminera à quelque 120 mètres de hauteur. "Signée par les bureaux Jaspers-Eyers et Greisch, elle a un peu la forme d'un demi-ovale, allant en s'évasant jusqu'à un sommet oblique. A ses pieds, sera construit un immeuble en rez + 2. L'ensemble représentera 40 000 m². Sur le terrain, nous prévoyons aussi la construction de 2 blocs de bureaux en rez + 3 de 26 000 m²."

L'avantage, c'est que la tour est localisée à la pointe du terrain, au plus près de la Meuse, vierge de tout bâti. Dès qu'elle sera terminée, les fonctionnaires - si sa proposition est choisie par la Régie - ou d'autres locataires pourront y entrer. Dans une 2e phase, les bâtiments des Finances actuels seront démolis et, à leur emplacement, seront érigés les deux blocs mais sera aussi aménagée une partie de l'esplanade.

Bref, un projet qui répond point par point au PRU. "On fait exactement ce que la Ville demande", conclut Benoît De Blieck. Sauf qu'au lieu des 51 050 m² de bureaux demandés, Fedimmo en propose 66 000... "Mais un des deux immeubles pourrait devenir des logements."