Entreprise

Le fédéral a prolongé pour un an la licence des bagagistes Aviapartner et Swissport, peut-on lire sur le site du SPF Mobilité. Cette "reconnaissance" des autorités fédérales, qui venait à échéance le 31 janvier, est une condition pour obtenir la licence auprès de Brussels Airport. Il faut pour se faire répondre à plusieurs conditions. Swissport et Aviapartner devaient ainsi prouver qu'ils peuvent continuer à fonctionner pendant trois mois, même privés de revenus.

Fin décembre, le quotidien De Tijd affirmait que les deux sociétés se trouvaient dans une situation financière délicate. Le journal annonçait également qu'Aviapartner irait devant le Conseil d'Etat pour contester la décision du directorat général Aéronautique du SPF Mobilité de n'accorder qu'une licence temporaire d'un an, tel que cela s'est déjà passé deux fois. Les bagagistes se plaignent par ce biais de la double procédure: l'une du fédéral et l'autre de Brussels Airport. Selon De Tijd, sans cette reconnaissance du fédéral, Aviapartner et Swissport risqueraient de tomber dans l'illégalité.

Cette reconnaisse fédérale prolongée d'un an, c'est maintenant à Brussels Airport de décider s'il faut accorder une nouvelle licence aux deux sociétés bagagistes, l'actuelle arrivant à échéance en octobre. Une décision à ce sujet est attendue au plus tôt mi-février. En décembre, De Tijd affirmait que les deux entreprises pourraient bien obtenir une licence pour sept ans en raison du manque de concurrence.