Entreprise

La Belgique est un des Etats au monde dans lequel les entreprises sont le plus taxées, révèle lundi un rapport intitulé "Paying taxes 2008" et réalisé par la Banque mondiale, PriceWaterhouseCoopers et l'International Finance Corporation. Au niveau de la pression fiscale, notre pays figure ainsi au 154ème rang sur un panel de 178 pays étudiés. La Belgique s'en sort toutefois mieux en matières de formalités fiscales et du nombre d'impôts différents, ce qui lui permet d'occuper au final une 65ème position au classement général de cette étude.

Au niveau de la pression fiscale totale à laquelle sont soumises les entreprises, la Belgique occupe une peu enviable 154ème position, derrière l'ensemble des pays européens à l'exception de la France et de l'Italie. "La pression fiscale élevée et la politique fiscale complexe constituent un handicap pour attirer de nouveaux investissements en Belgique", note le rapport, qui recommande dès lors de réduire les taux d'imposition et de simplifier tant les impôts que leur mode de perception.

Malgré certaines initiatives, comme la déduction des intérêts notionnels, la pression fiscale reste très élevée, a fait remarquer Frank Dierckx, managing partner chez PricewaterhouseCoopers, au cours d'une conférence de presse. "Les impôts et recettes de sécurité sociale représentent encore 44,2 pc du PNB belge en 2007", a-t-il ajouté, constatant que le niveau d'imposition belge est comparable à celui pratiqué en Allemagne.

D'autres voisins européens ont pourtant baissé leur fiscalité, comme les Pays-Bas qui ont fait passer l'impôt des sociétés de 31.5 pc à 29.6 pc. Une diminution peu probable en Belgique, estime M. Dierckx, étant donné que, pour être efficace, la mesure devrait consister en une baisse de l'impôt des sociétés de 34 pc actuellement, à un taux de 25 voire 20 pc. En Belgique, ce sont les cotisations sociales qui représentent la plus grande part de la pression fiscale sur les entreprises, mais cela permet en retour des prestations de sécurité sociale, a encore fait remarquer M. Dierckx.

La Belgique s'en sort toutefois mieux en matières de fréquence de paiement des impôts, avec un total de 11 paiements par an (24ème place au classement), et de formalités fiscales, avec 156 heures nécessaires par société (49ème position). Le recours possible à des formulaires en ligne permet de faciliter la tâche des entreprises.

Au classement général de l'étude "paying taxes 2008", la Belgique occupe la 65ème place sur 178. Le trio de tête mondial se compose des Maldives, de Singapour et de Hong Kong. Meilleur score européen, l'Irlande occupe la 6ème place du classement général de cette étude. A noter qu'à travers le monde, de nombreux pays (31 au total) ont mis à contribution l'année écoulée pour abaisser leur fiscalité et/ou la simplifier. La réforme fiscale la plus en vogue? Celle qui touche l'impôt des sociétés: 27 pays ont mis en oeuvre une telle réforme, révèle enfin l'étude.