Entreprise

Une étude, menée par le SPF Economie en collaboration avec le professeur Ghislain Houben de l'Université de Hasselt et rendue publique jeudi, annonce que les récoltes vinicoles ont presque doublé en 2013, par rapport à l'année précédente en Belgique. "Notamment parce que le gel a épargné les viticulteurs belges en hiver et au début du printemps", indique le SPF Economie dans un communiqué. La production s'élevait en effet à 553.395 litres sur une surface totale de plus de 180 hectares en 2013, contre 299.191 litres sur une surface totale de près de 150 hectares en 2012. Au niveau météorologique, 2013 a été caractérisé par un long été avec un temps sec et ensoleillé, ce qui a favorisé la maturation du raisin jusque tard dans l'arrière-saison. Le nombre de viticulteurs a également augmenté, selon le SPF Economie.

Une part significative de la récolte 2013 concerne le vin mousseux, auquel le climat belge est particulièrement adapté. Les vins rouges et blancs sont également de bonne qualité, poursuit le communiqué.

Les données relatives à la récolte 2013 dépeignent une situation provisoire puisque la procédure d'agrément n'a pas encore abouti, explique toutefois le SPF Economie. Les statistiques provisoires démontrent qu'en 2013, la production s'élevait à 553.395 litres sur une surface totale de 184 ha.

Les vins blancs constituent 32% de la production totale, à savoir 178.143 litres contre 89.411 litres de vin rouge (16%). Les vins rosés ne représentent qu'une petite partie de la production avec 15.422 litres au total (3%). 267.267 litres de vin mousseux ont en outre été produits en 2013, soit 48% de la production totale. Une perte de 3.152 litres (1%) a également été notée.

En raison de mauvaises conditions météorologiques, 2012 avait été une mauvaise année en terme de volume, non seulement en Belgique mais aussi dans toute l'Europe, conclut le communiqué. La production s'élevait à 299.191 litres sur une surface totale de 153 ha.