La province qui monte

PAR SANDRINE VANDENDOOREN ET MATHIEU VAN OVERSTRAETEN Publié le - Mis à jour le

Entreprise / Emploi

ENQUÊTE

Ces dix dernières années, plus de 60 millions d'euros ont été investis par les pouvoirs publics pour valoriser le tourisme dans le Hainaut. Ces investissements, financés à parts égales par la Région wallonne et par les fonds européens d'Objectif 1, ont parfois été critiqués mais force est de constater qu'aujourd'hui, ils semblent porter leurs premiers fruits.

Selon des chiffres de l'Observatoire du tourisme wallon (OTW), la province de Hainaut a même enregistré en 2001 la plus grande part du chiffre d'affaires touristique de Wallonie. En tenant compte des nuitées et des entrées, mais aussi de tout ce qui tourne autour du tourisme (restaurants, cafés, boutiques, transports, etc.), le tourisme hennuyer a pesé près de 1,07 milliard d'euros en 2001, soit 35 pc du chiffre d'affaires du tourisme wallon. Le secteur emploie par ailleurs 16.000 personnes dans le Hainaut, ce qui représente 28 pc des emplois wallons dans ce domaine.

D'autres statistiques confirment la tendance. Sur les six derniers mois de 2003, les attractions du Hainaut ont vu leur fréquentation croître de 8 pc par rapport à la même période en 2002 - une performance qui dépasse celle des autres provinces - alors qu'en ce qui concerne l'hôtellerie, le nombre de nuitées répertoriées n'a cessé de croître depuis 1995, tant du côté des visiteurs d'origine belge que de ceux d'origine étrangère. L'OTW parle d'une augmentation de 19 pc entre 1995 et 2000.

Cela dit, les chiffres montrent aussi que le Hainaut reste avant tout le champion du tourisme d'un jour. Certes, le nombre de nuitées augmente mais sur les 2.843 gîtes et chambres d'hôtes répertoriés en Wallonie, seuls 274 se trouvent en province de Hainaut par exemple, contre 601 en province de Namur, 893 en province de Liège et 1.017 en province de Luxembourg.

En ce qui concerne le nombre total de lits, estimé par l'OTW à 82.977 pour l'ensemble de la Wallonie fin 2001, le Hainaut est également à la traîne avec 5.458 lits. Seul le Brabant wallon fait moins bien avec 2.697 lits, alors que Namur, Liège et Luxembourg comptent respectivement 16.712, 18.409 et 39.701 lits. Il faut dire que la plupart des attractions hennuyères, diverses et variées, se visitent en une journée.

«Il y a eu beaucoup de développement dans l'Horeca mais pas typiquement touristique. C'est plutôt de l'Horeca d'affaires. C'est pourquoi notre défi aujour- d'hui est de sédentariser le tourisme, au moins le temps d'un week-end, et de développer des produits en conséquence», estime Jean-Michel Maes, le directeur de la fédération du tourisme de la province de Hainaut qui, depuis quelque temps, axe ses actions de promotion dans ce sens. «Le Hainaut peut être un peu considéré comme Las Vegas», lance le responsable, avec un brin de provocation. «Las Vegas s'étend sur une longue avenue de 20 kilomètres sur laquelle on trouve une multitude d'attractions différentes. Dans le Hainaut, nous avons aussi notre grande avenue, la dorsale wallonne, le long de laquelle sont situés, sur une distance de 80 kilomètres, tous nos sites touristiques. Tout le monde trouve normal d'aller passer plusieurs jours à Las Vegas mais pas dans le Hainaut. Ce n'est pas encore entré dans l'esprit des gens. Et pourtant le Hainaut a largement de quoi meubler une semaine de vacances».

C'est vrai que le patrimoine touristique de la province est très varié. Entre sa centaine de châteaux (Beloeil, Chimay, Ecaussinnes, Enghien, Trazegnies pour n'en citer que quelques-uns), ses nombreux monuments religieux (l'abbaye de Lobbes, la cathédrale Notre-Dame de Tournai, la collégiale Sainte-Waudru à Mons, etc.), ses sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco (dont les ascenseurs hydrauliques du Canal historique du Centre et le Carnaval de Binche), ses multiples musées (dont l'Archéosite d'Aubechies, le musée de la photographie à Mont-sur-Marchienne, le centre de Faïenceries royales Boch à La Louvière), ses lacs et plans d'eau (les barrages de l'Eau d'Heure, les centres de délassement de Claire-Fontaine et de Marcinelle), ses 48000 hectares de bois et forêts, et ses dizaines de parcs et jardins, le touriste n'a que l'embarras du choix. Depuis quelques années, de nouvelles attractions phares sont encore venues élargir l'éventail des possibilités, drainant de nouveaux consommateurs dans la province. C'est le cas du Parc Paradisio à Cambron-Casteau, première au hit- parade des attractions les plus fréquentées, mais aussi du Parc d'aventures scientifiques (Pass) à Frameries et le Musée d'arts contemporains (Mac's) au Grand-Hornu.

A la différence des Ardennes, par exemple, peu d'étrangers ont jusqu'à présent investi dans le tourisme hennuyer. Mais aux Lacs de l'Eau d'Heure, un groupe néerlandais vient de construire des villas résidentielles. Une preuve supplémentaire que la province est en plein renouveau.

Pour plus d'informations: Webhttp://www.hainaut.be ou 065.36.04.64

© La Libre Belgique 2004

Publicité clickBoxBanner