Entreprise

La publicité sur Internet cartonne depuis plusieurs mois. Le bénéfice record enregistré par Yahoo! au troisième trimestre avait déjà indiqué il y a peu que la pub en ligne avait redémarré aux Etats-Unis. Il paraît clair désormais que c'est aussi le cas en Belgique.

Les régies publicitaires spécialisées dans l'Internet constituent le meilleur baromètre du secteur. «Les chiffres pour 2003 sont très positifs», précise d'emblée Bruno Van Boucq, l'administrateur délégué de BeWeB, la principale régie Internet en Belgique. «L'année avait bien commencé avec de bons mois de janvier et février, puis il y a eu une chute brutale à cause du conflit irakien mais depuis avril, la croissance est progressivement revenue, avec un apogée au troisième trimestre, durant lequel nous avons cartonné».

Croissance à 3 chiffres

Alors que les mois d'été sont traditionnellement plus faibles en terme d'investissements publicitaires, BeWeB a vu ses revenus augmenter de quasiment 200 pc au troisième trimestre 2003 par rapport à la même période en 2002. «Nous ne nous attendions pas à un tel résultat», dit Bruno Van Boucq.

L'enthousiasme est le même chez MSN, une autre des quatre régies Internet en Belgique - les deux restantes sont Skynet et AdLink -, où l'on évoque également une croissance «à trois chiffres» par rapport à l'année passée.

«Etant donné que nous sommes une filiale du groupe Microsoft, je ne peux malheureusement pas communiquer de chiffres exacts mais nous constatons à la fois une augmentation du montant investi par campagne et une arrivée sur Internet de marques plus traditionnelles, telles que Nescafé, Master Foods ou JBC par exemple», se réjouit Marc Bresseel, le patron de MSN Belgique. Et ce dernier de préciser que son équipe de vendeurs ne cesse de s'étoffer pour faire face à cette reprise.

Des régies optimistes

L'arrivée des «consumer goods» semble être la grande tendance de la publicité en ligne ces derniers mois. «Nous avons notamment réussi à attirer ces annonceurs plutôt conservateurs en simplifiant notre discours et en faisant d'Internet un média comme les autres, dont ils n'ont pas à avoir peur», explique Bruno Van Boucq. «Mais il y a encore du travail à faire. Ce secteur ne représente encore que 5pc des investissements publicitaires sur Internet, alors que ce chiffre est de 50 à 60pc en télé ou en radio».

Pour convaincre ces annonceurs, BeWeB leur propose notamment des pubs en ligne très ciblées. Pas question par exemple de mettre une annonce pour un whisky sur la page d'accueil d'un site à 8 ou 9 heures du matin. A cette heure-là, on vantera plutôt une marque de café tandis qu'entre onze heures et midi, c'est une publicité pour une pizza ou quelque chose de ce genre qui sera proposée à l'internaute.

Si le présent est redevenu rose, l'avenir de la publicité en ligne s'annonce lui aussi serein. «C'est maintenant, alors que les budgets marketing des entreprises sont réduits à leur strict minimum, que nous devons prouver l'efficacité du média Internet», dit Marc Bresseel. «C'est d'autant plus vrai que le web représente déjà 15 à 25pc de la consommation média des Belges, alors qu'il ne compte encore que pour moins d'1pc des investissements publicitaires».

Pour Bruno Van Boucq, il y a moyen de faire passer ce chiffre à 10 pc dans les années qui viennent. «Malgré la crise, l'audience de l'Internet n'a jamais cessé de croître et il s'agit du seul média à connaître aujourd'hui une croissance publicitaire à deux chiffres», précise le patron de BeWeB. «Selon moi, le secteur devrait enregistrer encore une croissance de 15 à 40pc par an dans les 5 à 10 années à venir».

A noter que les sites d'informations, dont lalibre.be, font partie de ceux qui attirent le plus d'annonceurs.

© La Libre Belgique 2003