La télé va changer d'ère

par MATHIEU VAN OVERSTRAETEN Publié le - Mis à jour le

Entreprise / Emploi

La Coupe du monde de football 2006, qui aura lieu cet été en Allemagne, n'aura pas seulement un intérêt sur le plan sportif. Les experts de la télévision estiment que cet événement sportif planétaire constituera sans doute le véritable tremplin de lancement de la télévision haute définition (HDTV) en Europe. Une évolution technologique que certains n'hésitent pas à comparer au passage du noir et blanc vers la couleur.

Ces dernières années, de nombreux consommateurs belges ont investi dans des installations «home cinema», ce qui leur permet de regarder des DVD avec une très bonne qualité de son et d'image, tout en étant confortablement installés dans leur salon. Mais jusqu'à présent, cette qualité n'est pas au rendez-vous pour les émissions de télévision traditionnelles, la plupart des chaînes - particulièrement en Europe - ne diffusant encore aucun programme en haute définition (lire par ailleurs).

Mais ce n'est qu'une question de temps. De plus en plus habitués aux performances numériques du DVD, les consommateurs s'attendent désormais à ce que la télévision passe, elle aussi, rapidement de la qualité analogique à la qualité numérique. La société belge Alfacam a été parmi les premières au monde à anticiper ce mouvement, lorsqu'elle décida il y a plusieurs années déjà d'investir dans du (coûteux) matériel HDTV pour assurer la captation d'images. Ce qui vaut aujourd'hui à la société basée à Lint d'être le leader mondial dans ce domaine. Elle vient, par exemple, de décrocher un contrat d'une valeur de quelque dix millions de dollars pour filmer les Jeux olympiques de Pékin en 2008 en HDTV. Depuis plusieurs années, Alfacam a capté également les images de plusieurs milliers d'événements (opéras, concerts, compétitions sportives, etc.), un contenu qui pourrait très bien se transformer en or lorsque les chaînes de télévision auront un besoin criant d'images en HDTV. De manière générale, les producteurs de documentaires ou d'émissions sportives sont de plus en plus nombreux à migrer vers ce nouveau format. Une chaîne comme «National geographic», par exemple, diffuse déjà la quasi-totalité de ses images en haute définition.

2 à 3 ans de transition?

Il n'est donc guère étonnant de constater que les fabricants et les vendeurs de téléviseurs incitent d'ores et déjà les consommateurs belges à migrer vers des appareils dits «HD ready». «Quelqu'un qui veut acheter une nouvelle télévision aujourd'hui ne doit pas hésiter une seconde: il doit opter pour un appareil compatible HDTV», s'exclame Marijke Moniquet, responsable TV et Home Cinéma chez Fnac Belgique. «A mon avis, le consommateur belge ne se rend pas encore suffisamment compte du changement que va introduire la haute définition. Avec un bon écran et un bon système audio pour regarder les matches de la Coupe du monde, il aura vraiment l'impression d'être dans le stade de Berlin ou de Gelsenkirchen!» A noter qu'à la Fnac, 90 pc des téléviseurs disponibles dans les rayons sont déjà «HD ready». «Cette proportion passera sans doute à 100 pc cette année», précise Marijke Moniquet.

La chaîne allemande Media Markt, un des grands concurrents de la Fnac en Belgique, se réjouit elle aussi de la percée de la haute définition. «D'après mes chiffres, 78 pc des téléviseurs vendus en Belgique en 2005 étaient encore des appareils classiques, contre 22 pc pour les HD ready, mais chez nous, ces derniers ont déjà représenté 55 pc des ventes ces douze derniers mois, essentiellement grâce au fait que la différence de prix entre les téléviseurs HD ready et normaux est devenue minime», explique Jean-Marie Christiaens, le patron de Media Markt Belgique.

Selon ce dernier, le manque d'émissions belges en HDTV est notamment dû au fait que la Belgique est «un pays d'excellence» au niveau du câble. Mais comme l'ensemble du secteur, il compte beaucoup sur la Coupe du monde en Allemagne pour accélérer le mouvement. «Selon moi, il faut tabler sur une période de transition de deux à trois ans», estime-t-il.

Pour les fabricants de téléviseurs, le succès des écrans plats et des appareils «HD ready» est évidemment une aubaine. «Nos télévisions ultra-plates ont connu une progression de leurs ventes de 320 pc en Belgique en 2005», explique Julien Michiels, le porte-parole de la filiale belge de Philips. «C'est surtout la fin d'année qui a été particulièrement bonne.»

Le géant néerlandais de l'électronique pousse lui aussi très fort la technologie HDTV. «En 2004, nous n'avions qu'un seul appareil compatible, alors que l'année passée, c'était 80 pc de notre gamme qui était HD ready, avec une fourchette de prix allant de 600 à 6.000 €», dit Julien Michiels. «Si nous parvenons à obtenir la coopération de l'ensemble de la chaîne de valeur du secteur de la télévision, j'estime que la transition vers la haute définition pourrait être assez rapide.»

2006 devrait donc être l'année de la percée définitive de la télévision haute définition. Ce qui n'est évidemment pas pour déplaire à Gabriel Fehervari, le patron d'Alfacam. En montrant du doigt la retransmission d'un concert de Robbie Williams sur l'immense écran collé au mur de son bureau, il s'exclame: «Une fois qu'on a vu des images de cette qualité, on ne veut plus en voir d'autres.» CQ... HD.

© La Libre Belgique 2006

Publicité clickBoxBanner