Entreprise

Brussels Airport pourrait accueillir dans les mois qui viennent un nouvel actionnaire. Son principal, le fonds de pension canadien OTPP, ne fera pas usage de son droit de préemption sur les actions dont l'autre actionnaire Macquarie veut se défaire, indique vendredi Reuters sur base de sources bien informées. 

Macquarie peut dès lors partir à la recherche d'un repreneur extérieur. Macquarie a annoncé il y a plus d'un an vouloir se défaire des 36% de parts qu'il détient dans Brussels Airport. S'en est suivi une bataille juridique avec OTPP, qui détient lui 39% de l'aéroport national et avait dès lors un droit de préemption. 

Le fonds de pension canadien refusait que Macquarie diffuse des informations confidentielles à des tiers à propos de l'aéroport.

Selon Reuters, la querelle est désormais apaisée. OTPP ne fera pas usage de son droit de préemption et a en outre accepté que Macquarie diffuse les informations nécessaires aux potentiels acheteurs. "La vente pourrait avoir lieu après l'été", écrit l'agence de presse.

Le troisième et dernier actionnaire de Brussels Airport est l'Etat belge, avec 25% plus une action.