Entreprise

Le Carlton, prestigieux palace de Cannes déjà détenu depuis janvier 2012 par un investisseur du Qatar, devrait de nouveau changer de propriétaire mais rester entre des mains qataries, a-t-on appris jeudi de sources syndicales.

Le nouvel acquéreur déclaré est Katara Hospitality, propriétaire et gestionnaire d'un portefeuille hôtelier de luxe dans les Emirats et dans le monde. Son conseil d'administration est chapeauté depuis dix ans par un membre de la famille princière, cheik Nawaf Bin Jassim Bin Jabor Al-Thani.

Mardi, en plein festival de Cannes, plusieurs dirigeants du groupe qatari sont venus à Cannes rencontrer des représentants du personnel et de la direction dans un petit salon encore disponible du palace.

Le fonds qatari rachète en fait un groupe de cinq hôtels de luxe de la marque Intercontinental situés à Cannes (Le Carlton), à Amsterdam, Rome, Francfort et Madrid, selon les syndicats.

Le PDG Hamad Abdulla Al-Mulla avait notamment fait le déplacement mardi et a évoqué des négociations déjà avancées pour ce rachat, sans en dévoiler le montant. Il a promis au personnel de faire des travaux au Carlton sans fixer de date, mais ne s'est pas engagé précisément sur des questions salariales durant une fermeture pour travaux.

"Il va y avoir de fortes tension sociales dues au manque de visibilité sur ce que vont devenir les salariés dans les douze prochains mois", a commenté jeudi Ange Romiti, chef de rang au Carlton et délégué du personnel CGT (syndicat majoritaire).

Construit en 1911 et complété en 1913, le Carlton doit faire l'objet d'un programme important de rénovation et d'extension, sans cesse repoussé au gré de chaque changement de propriétaire. Morgan Stanley avait annoncé des travaux dès 2008, annulés à la dernière minute.

Le Carlton - 343 chambres dont 39 suites- reste jusqu'à présent le dernier grand palace de Cannes à ne pas avoir fait l'objet d'un sérieux programme de rénovation, à la différence par exemple du Majestic ou du Marriott.

L'actuel propriétaire, l'investisseur privé qatari Ghanim Bin Saad Al Saad, avait conclu un accord d'entreprise pour garantir salaires et emplois durant 18 mois de travaux, sans toutefois les entreprendre. Son entourage mise sur une finalisation de la transaction "avant l'été", selon M. Romiti.

Une réunion du personnel sera organisée mercredi, après le festival de Cannes. Un comité d'entreprise suivra en juin. Le palace compte 288 employés, une chiffre qui monte à plus de 400 avec les saisonniers durant les périodes d'affluence.

L'hôtel centenaire de bord de mer avec ses deux coupoles en pointe, qui a accueilli des tournages cinématographiques d'anthologie et des grandes stars, ne cesse de changer de mains.

Le Carlton (en même temps que cinq autres hôtels) avait été vendu le 19 janvier 2012 à l'investisseur privé qatari Ghanim Bin Saad Al Saad, seulement seulement neuf mois après avoir été acquis par un homme d'affaires libanais.

Ce dernier, Toufic Aboukhater, résident à Monaco, avait acquis à la mi-avril 2011 un portefeuille de sept hôtels européens de la marque Intercontinental, dont le Carlton, vendu par la banque d'affaires américaine Morgan Stanley. Selon des informations de presse, la transaction pour les sept hôtels s'était alors conclue pour 400-450 millions d'euros, chiffre sensiblement inférieur aux 634 millions d'euros déboursés en 2006 par Morgan Stanley.

Les propriétaires des "murs" des hôtels de luxe sont souvent des fonds d'investissements ou de grandes fortunes à la recherche d'une plus-value immobilière.

En France, Katara Hospitality compte déjà dans son escarcelle trois adresses parisiennes: le Buddha-Bar hôtel, le Royal Monceau Raffles et le Peninsula Hotel.