Entreprise

68

Pour que l’Etat gagne

Pour que l’État belge récupère sa "mise" dans le dossier Fortis, il faudrait que le cours de l’action BNP Paribas revienne au prix qui avait été fixé au moment où la SFPI (Société fédérale de participations et d’investissement), bras financier du gouvernement fédéral, avait vendu Fortis Banque à BNP Paribas. Pour rappel, le groupe français avait rémunéré l’Etat belge à l’aide de 121 millions d’actions BNP, pour un prix fixé à 68 euros par titre, proche de la moyenne du cours de BNP à l’époque. Mais entre le moment de l’accord et son exécution, le prix de l’action BNP Paribas avait chuté jusqu’à quelque 40 euros L’Etat belge, qui avait déboursé 9,4 milliards d’euros pour acheter Fortis Banque au holding Fortis, faisait donc une mauvaise affaire en recevant des actions et non du cash. Mais le cours de BNP est remonté à plus de 52 euros (voir ci-contre). Et l’Etat profitera de ses bons résultats financiers. Mais, d’un strict point de vue mathématique, seul un retour à 68 euros par titre BNP lui permettrait de sortir gagnant de l’opération.