Entreprise L'entreprise chinoise Thunder Power, spécialisée dans la production de voitures électriques, pourrait, dès le début de la phase industrielle de son projet prévu en 2020, occuper près de 650 travailleurs sur l'ancien site de Caterpillar à Gosselies, ce qui correspond à une capacité de production d'environ 15.000 véhicules par an, a indiqué mardi le ministre wallon de l'Economie, Pierre-Yves Jeholet (MR). Ce dernier a rencontré lundi à Namur, pour la deuxième fois, les dirigeants de l'entreprise et a désormais "bon espoir" de parvenir à un accord équilibré.

"Thunder Power a sollicité la Région wallonne pour participer au f inanceme nt de ses opérations. L'investissement demandé atteint 150 millions d'euros et doit s'inscrire dans une première levée de fonds de minimum 600 millions dollars à laquelle participent notamment des fonds spécialisés", a précisé le ministre.

Selon ce dernier, "les contacts se sont multipliés", ces trois derniers mois, entre la société, la Sogepa - le bras financier de la Région - et son cabinet, avec le soutien d'outils régionaux tels que l'AWEX (Agence wallonne à l'exportation) et la cellule CATCH, qui vise à accélérer la croissance de l'emploi à Charleroi.

Le conseil d'administration de la Sogepa se réunira ce mercredi afin de décider, entre autres, quelles suites réserver à ce dossier.

Fin mai, la Société wallonne de gestion et de participations (Sogepa) avait transmis une lettre d'intention non liante afin de confirmer son intérêt pour le projet et faire part du socle de conditions sur lequel pourrait s'envisager une participation de la Région au financement de la partie européenne du projet de Thunder Power.

"La Région wallonne, au travers de la Sogepa, est actuellement occupée à négocier les termes et conditions de cette intervention financière et j'ai bon espoir que les deux parties arrivent prochainement à un accord équilibré permettant à la fois d'investir dans ce projet ambitieux tout en veillant au mieux aux intérêts spécifiques de la Région wallonne, notamment en assurant que les montants investis soient affectés au projet européen via le site de Gosselies", a encore souligné M. Jeholet.

L'investissement régional envisagé s'effectuerait ainsi selon un phasage sur plusieurs années et porterait principalement sur le financement d'installations corporelles.

"Il s'agit d'une réelle opportunité d'inscrire la Wallonie dans une industrie d'avenir. Le caractère structurant d'une telle activité pour l'écosystème wallon et le potentiel de création d'emplois à terme sont importants, Thunder Power envisageant de faire appel, à terme, à un réseau de sous-traitants locaux plus de 200 entreprises" et prévoyant, dès le début de la phase industrielle de son projet d'occuper près de 650 travailleurs à Gosselies pour une capacité de production d'environ 15.000 véhicules par an. L'objectif à terme est d'atteindre une production de plus de 55.000 véhicules par an, a enfin assuré le ministre.