Entreprise

C'est en 1979 que Pierre Wynants, patron du "Comme chez soi" a obtenu sa troisième étoile Michelin. Il y a plus de 25 ans. C'est assez dire que le restaurant de la place Rouppe est une institution à Bruxelles. Un fleuron dont les cuisines viennent d'être entièrement renouvelées et qui jouit d'une réputation flatteuse tant en Belgique qu'à l'étranger. Lundi matin, nos confrères du "Soir" et du "Morgen" révélaient que le célèbre restaurant bruxellois perdait sa troisième étoile dans la version 2007 du guide rouge. Or, c'est justement ce mardi que Michelin va dévoiler ce que réserve la nouvelle édition Belgique-Luxembourg (scindée cette année des Pays-Bas) tandis que le guide lui-même sera en librairie jeudi.

Michelin n'a fait hier aucun commentaire sur le sujet tandis qu'au "Comme chez soi", c'était jour de fermeture...

La "nouvelle" qui devrait donc être officiellement confirmée ce jour, fait déjà l'effet d'une bombe. D'autant que l'édition Benelux 2007 du GaultMillau vient tout juste d'attribuer la note de 19/20 à l'établissement, ainsi que le titre de "chef de l'année" à Lionel Rigolet - le beau-fils de Pierre Wynants - qui, ce week-end, a confirmé la décision du Michelin au "Morgen". Lionel Rigolet travaille depuis 1996 aux côtés de son beau-père qui lui a de plus en plus confié les rênes de la "cuisine familiale" ces derniers temps. Même si, comme le confie un spécialiste, "Pierre, qui adopte de plus un plus un rôle de consultant, garde toujours un oeil sur la cuisine".

L'épisode Ostend Queen

Alors pourquoi une étoile en moins ? D'aucuns expliquent sa perte précisément par cette transition, pourtant tout en douceur, le Michelin n'aimant pas particulièrement à ce niveau les changements de responsables, surtout à l'étranger (en France, cela ne semble pas être toujours le cas). Selon un habitué du milieu gastronomique, Michelin sanctionne soit le changement de chef, soit le changement dans la qualité de la cuisine. Une cuisine certes plus contemporaine qu'auparavant mais que le GaultMillau a visiblement appréciée...

Pierre Wynants avait déjà été au centre des débats lors de la publication de l'édition 2005 qui avait octroyé 2 fourchettes et un "Bib" gourmand (repas soigné à prix modéré) à l'Ostend Queen installé au Kuursal d'Ostende et patronné par l'incontournable chef bruxellois alors que le restaurant ouvrait ses portes quand le guide était déjà à l'imprimerie.

En 2004, Jean-Pierre Bruneau ("Bruneau" à Ganshoren) perdait sa 3e étoile tandis qu'en 2005, le "Hof van Cleve" de Kruishoutem la gagnait. En 2006, trois 2 étoiles disparaissaient (pour un nouveau), de même qu'une série de 1 étoile dont la "Villa Lorraine", "Au Vieux Boitsfort" ou "L'Ecailler du Palais Royal". Reste à savoir ce que le Michelin 2007 va encore réserver comme surprise(s)...

© La Libre Belgique 2006