Entreprise

Le front commun syndical FGTB/CNE/LBC/Setca/BBTK a déposé un préavis de grève et d'action chez Coca-Cola Belgique, dont la direction a annoncé la semaine dernière son intention de supprimer une soixantaine d'emplois. Ce préavis entrera en vigueur le 6 novembre prochain mais des actions ne sont pas exclues dans les prochains jours.

Les syndicats ne comprennent pas que Coca-Cola licencie des travailleurs, tant en Belgique qu'aux quatre coins de l'Europe, alors que la multinationale américaine engrange de coquets bénéfices.

"Nous en avons marre de cette politique du salami! Coca-Cola annonce des restructurations pratiquement chaque année, avec des pertes d'emploi saucissonnées", dénonce Marc Delvenne, secrétaire régional CSC Alimentation et Service. Le syndicat chrétien évoque 26 restructurations en 15 ans au sein du groupe basé à Atlanta.

Coca-Cola Belgique a annoncé mardi dernier son intention de supprimer une soixantaine d'emplois au total sur ses sept sites belges, soit 10 à Anvers, 10 à Gand, 11 à Chaudfontaine, 13 à Londerzeel, cinq à Hasselt, six à Heppignies et sept à Anderlecht, où se trouve le siège central de Coca-Cola Belgique. Pour l'ensemble de l'Europe, ce sont quelque 600 emplois qui sont menacés chez Coca-Cola.