Entreprise

Que peut faire un enfant avec l’argent déposé sur l’un de ses comptes ? Pas grand-chose, finalement, puisque nombre des opérations sont soumises à l’aval de ses parents.

Prenez le compte d’épargne. Le jeune ne peut tout simplement pas en disposer seul. "Jusqu’à 16 ans, l’enfant ne peut avoir accès à son compte d’épargne et effectuer des retraits" , explique Dexia Banque. Pour tout retrait ou transfert en agence, par exemple, il doit donc être accompagné par un parent, qui donnera l’autorisation nécessaire pour effectuer la transaction.

Lorsqu’il atteint 16 ans, la marge de manœuvre du jeune évolue toutefois. Désormais, il peut, sans l’aval de ses parents, retirer jusqu’à 125 euros par mois, sauf opposition des parents. " Cette limite est fixée par la loi. Néanmoins, à la demande et avec l’accord des parents, il est possible d’augmenter ces montants ", note encore Dexia Banque.

Si un compte d’épargne peut être ouvert dès le plus jeune âge - même avant la naissance, d’ailleurs -, tel n’est pas le cas d’un compte à vue : l’enfant doit avoir au minimum 9 ans.

Quelles sont les possibilités de retrait ? Avant 16 ans, l’enfant peut retirer jusqu’à 100 euros par semaine. " Cette limite peut être adaptée à la hausse ou à la baisse à la demande des parents ", souligne encore Dexia Banque.

Rien n’est d’ailleurs définitif. Si la limite a été portée à 150 euros et que le jeune a un peu trop tendance à l’utiliser chaque semaine, " les parents peuvent éventuellement revoir à la baisse cette limite".

Les mêmes règles valent lorsque le jeune possède un accès PC Banking personnel (c’est possible dès 11 ans chez KBC !), accordé pour autant que les parents soient d’accord. " Via PC Banking, les jeunes ne peuvent gérer que leur Mine Pack" , précise BNP Paribas Fortis. De même, le jeune ne pourra déroger "aux limites imparties" à la gestion de ses comptes par ses parents, note encore ING.