Entreprise En plein boom, le secteur aérien est en manque de pilotes. Un temps boudées, les écoles de formation refont le plein de candidats. Reportage.

Des avions plein les yeux. Ils s’appellent Auriane, François, Maxime ou Riad. Ils ont entre 18 et 24 ans et rêvent tous de devenir pilotes sur les plus grandes compagnies aériennes du monde. Et ce rêve semble désormais à portée de main. Pour la première fois depuis très longtemps, il existe une véritable pénurie de pilotes de ligne sur le marché européen et mondial. Les chiffres sont éloquents. Dans les 10 ans qui viennent, le secteur aérien aurait besoin de quelque 255 000 pilotes pour répondre à la croissance des vols.

"Depuis deux ans, ça bouge énormément", explique Mélissa Capizzi, directrice adjointe de la Belgian Flight School, l’une des principales écoles d’aviation de notre pays, avec près de 100 élèves en formation (théorique et pratique), que ce soit pour devenir pilote de ligne ou pilote privé. "Beaucoup de candidats qui n’osaient pas y croire il y a encore quelques années franchissent désormais le pas en se disant qu’il y a un job au bout." L’école, qui a vécu des moments difficiles il y a quelques années avant d’être reprise par un pilote, explique désormais crouler sous les demandes.

(...)