Entreprise La nouvelle a été postée discrètement mercredi sur le site d'ArcelorMittal : Matthieu Jehl, le CEO du cluster Gand-Liège du groupe sidérurgique, quittera son poste le 1er décembre. Il a été nommé CEO d'ArcelorMittal Investco en Italie. Le Français avait pris la tête du cluster belge en avril 2016.

Considéré comme une étoile montante au sein d'ArcelorMittal, Matthieu Jehl va donc prochainement relever un défi de taille dans le sud de l'Italie. Le groupe a racheté au printemps les activités d'Ilva, alors numéro 1 de la sidérurgie italienne et propriétaire d'un complexe à Tarente, qui comprend une aciérie (la plus importante d'Europe) et une cokerie particulièrement polluantes. Elles sont dans le viseur des autorités européennes. Leur permis d'exploiter avait même été retiré.

"Je suis ravi d'avoir été mandaté pour relever cette importante responsabilité. [...] Récupérer le permis d'exploiter est une priorité évidente. [...] Je suis confiant que Ilva regagnera sa position d'opérateur sidérurgique de premier ordre", indique Matthieu Jehl dans un communiqué.

Matthieu Jehl sera remplacé dans ses fonctions en Belgique par un Belge, Manfred Van Vlierberghe, fort d'une carrière débutée en 1995 chez ArcelorMittal. Ce Flamand a travaillé sur les sites de Gand, de Brême et en Pologne, à des postes de top manager.

Du côté des syndicats liégeois, c'est la surprise. "Matthieu Jehl est un homme aux commandes du navire, avec qui nous avons de bons contacts, qui prend ses responsabilités. Nous sommes assez inquiets de son départ", commente Pascal Filippozzi, président de la délégation CNE d'ArcelorMittal Liège. "Je ne m'y attendais pas du tout. Matthieu Jehl est un homme qui est à la disposition des syndicats, qui est constructif. On perd quelqu'un", déclare Dave Piedboeuf (FGTB).