Le travail: un cauchemar!

PAR MONIQUE BAUS Publié le - Mis à jour le

Entreprise

ÉCLAIRAGE

Fatiguer le personnel: une démarche apparemment anodine, à l'ère de la productivité obligatoire. Les équipes maigrissent mais le travail ne diminue pas, au contraire. `Ils ont viré la moitié de la boîte. On fait tous le boulot de deux personnes´, dénonce ce témoin cité dans le premier chapitre de l'ouvrage de Marie Muller (*). Percutants, choquants. La journaliste indépendante a récolté des témoignages sur le terrain. Sorte de fiction machiavélique. Mais où la fiction a dépassé la réalité. C'est l'histoire d'une technique de déstabilisation pas née d'hier. Selon l'auteur, des pratiques de plus en plus sournoises lui ont préparé le terrain pendant des décennies. Période d'incubation: 20 ans.

Petit rappel historique: après l'euphorie des années septante, un tournant décisif marqua les années 80. Augmentation du chômage et mondialisation furent le terreau de nouvelles méthodes de direction.

Le management par le stress a ouvert la voie. `Il faut donner le maximum´, `se défoncer´ étaient alors les slogans en vogue. Ensuite se sont multipliés les managers `wokhaholics´, la religion de l'acharnement. Ils travaillaient jour et nuit, avec l'aide de la chimie s'il le faut. `La fatigue est une stratégie´ , tranche l'auteur. `On fatigue la bête pour lui faire perdre ses repères avant de la traquer puis l'achever.´

Les années 90 marquent, elles, le début du règne de l'individualisation, du `chacun pour soi´.

Premier symptôme, dans les rangs des salariés, le `burn-out´ (littéralement brûlure interne). Seule coupable: l'idéologie américaine de la réussite à tout prix. `Mais l'Europe s'est elle aussi épuisée´ , explique Marie Muller. `Or, la fatigue est le premier signe avant-coureur banalisé d'un harcèlement moral potentiel.´ Alors que faire? `Résister à la maladie qui ronge - celle du harcèlement par le stress -, porte ouverte au harcèlement au travail.´

Une fois cette remise en contexte posée, l'enquêteuse relate plusieurs histoires.

Celle de ce boulanger (`Un homme dans le pétrin´) qui se décide à porter plainte après un harcèlement de plusieurs années et se retrouve au chômage.

Celle du premier suicide lié aux conditions de travail médiatisé en France en 1997. `Que cela fasse réfléchir certains avant d'engager des tueurs!´, lançait sa veuve, dans le cadre de son action en justice. Son époux, attaché technico-commercial, n'aura survécu que neuf mois au harcèlement de son nouveau jeune chef.

Les difficultés traversées par ces employées de deux coopératives vinicoles dont l'univers se transforma en enfer, suite à la fusion de leurs entreprises. L'une d'elles quitta d'ailleurs `sa´ maison, après 26 ans de services.

Il y a aussi le désarroi de ce beau CRS; celui de cette conductrice de bus abusivement licenciée après des mois de galère; et de cette jeune journaliste, naïvement piégée bien malgré elle dans un système qu'elle pensait pouvoir maîtriser.

Des histoires révoltantes. Pathétiques. Entrecoupées de quelques chapitres laissant la parole aux professionnels appelés à l'aide. Les psychologues spécialisés d'un service `Souffrance et travail´. Des médecins prodiguant soutien et conseils dans les tout récents services spécialisés consacrés à ce type de problème dans les hôpitaux. Des avocats.

Mais dans quel monde vivons-nous? On se pose invariablement la question en lisant le compte rendu des stages dits `de motivation´, très populaires paraît-il aux Etats-Unis. De plus en plus en France aussi, Marie Muller en est certaine sans pouvoir en apporter la preuve (lire encadré). L'ère de l'individualisation a permis la banalisation du mal. Pour quelle finalité réelle? `Pourquoi les bourreaux agissent-ils? Par plaisir? Pour répondre aux ordres? Pourquoi le mal plutôt que le bien?´ Autant de questions sans réponses qui débouchent sur une seule idée. Comment empêcher que le harcèlement moral continue à se propager, faisant d'irréparables dommages (`pires qu'une maladie ou un accident physique´)? `Il faut retrouver l'humanité´, conclut l'ouvrage. En opposant à la tactique, amour, amitié et solidarité.´ Idéaliste?

(*) `Terreur au travail, enquête sur le harcèlement moral´, Marie Muller, éd. Fayard 2002.

© La Libre Belgique 2002

PAR MONIQUE BAUS