Entreprise

La banque d'affaires américaine Lehman Brothers est revenue au centre de toutes les rumeurs à Wall Street, à quelques jours de la publication de ses résultats trimestriels, qui pourraient se traduire par ses premières pertes depuis son entrée en Bourse en 1994.

L'action Lehman Brothers a plongé mardi soir de 9,52 pc en clôture, à 30,61 dollars, après avoir déjà perdu 8 pc la séance précédente. Depuis le 1er février, le cours de l'action été divisé par plus de deux et est revenu à son plus bas niveau depuis près de cinq ans.

Selon le quotidien "Wall Street Journal", la dégringolade du titre a été amortie par la décision de la direction de la banque de racheter ses actions sur le marché à ces cours bradés. Chute du titre en bourse, rumeurs de recherche de financement, activité importante sur les marchés d'options liés au titre, propos lénifiants de la direction : la situation rappelle de manière inquiétante celle de sa concurrente Bear Stearns, dans les jours précédant immédiatement sa chute.

Lehman Brothers a déjà fait l'objet ces derniers mois de nombreuses rumeurs en raison de son profil financier relativement similaire à celui de Bear Stearns.

En mars, cette autre banque d'affaires s'était effondrée en moins d'une semaine après que ses financiers lui eurent retiré leurs dépôts. Le "Wall Street Journal", citant des sources proches du dossier, a rapporté mardi que Lehman Brothers envisageait de lever plusieurs milliards de dollars pour consolider un bilan mis à mal par d'importantes pertes trimestrielles.

En réponse au quotidien financier, une source proche du dossier a affirmé que la banque n'avait pas besoin d'argent frais et qu'un appel au marché n'était qu'une option parmi d'autres pour elle.

Rumeurs démenties

Une augmentation de capital ne serait réalisée que si une opportunité de marché adéquate se présentait ou si la banque estimait que cela pourrait avoir un effet favorable sur la perception des investisseurs, selon cette source. Début avril, Lehman avait déjà levé quatre milliards de dollars.

La banque d'affaires a par ailleurs démenti des rumeurs insinuant qu'elle aurait utilisé la fenêtre d'escompte de la Fed pour obtenir de nouvelles liquidités. "Nous n'avons pas utilisé aujourd'hui la facilité ouverte pour les banques d'investissement. La dernière fois que nous l'avons utilisée, c'était le 16 avril pour la tester", a souligné le responsable de la trésorerie du groupe, Paolo Tonucci. M. Tonucci a souligné que la banque avait terminé le premier trimestre avec 34 milliards de dollars de liquidités et qu'elle devrait terminer le deuxième "bien au-delà de 40 milliards de dollars".

Selon le quotidien économique "Financial Times", Lehman Brothers aurait perdu entre 500 et 700 millions de dollars au 2e trimestre sur des contrats de couverture, ce qui devrait pousser ses comptes dans le rouge. Pour l'analyste David Trone de la maison de courtage Fox-Pitt, qui estime que Lehman n'a pas besoin d'argent frais, toute augmentation de capital future serait à usage purement cosmétique. "Une leçon apprise de Bear Stearns est, qu'à la limite, l'apparence est plus importante que la réalité." (AFP)