Entreprise Certaines évolutions, telles que la connectivité, impactent les salariés et les employeurs. Sodexo a observé dix tendances mondiales.  Eclairage.  

Le lieu de travail change. L’environnement est en constante mutation. "Il est fondamental pour les chefs d’entreprise de repérer les tendances de fond qui portent le changement, d’en évaluer la portée et de chercher systématiquement à les devancer, sans se contenter de les suivre", déclare Sylvia Metayer, directrice générale Entreprises de Sodexo. Le spécialiste des Services de "qualité de vie" vient de publier un rapport mondial sur les tendances au travail (Global Workplace Trends). 

Les principales tendances identifiées sont les suivantes :

1. L’agilité en entreprise. "L’objectif est de favoriser la flexibilité de leurs collaborateurs, grâce au recours à des disciplines telles que la méditation", peut-on lire dans le rapport. Pourquoi la méditation ? "Les schémas traditionnels qui reposent sur la hiérarchie induisent des modes de fonctionnement basé sur l’ego, le cerveau reptilien", note Carine De Strooper, director Platform Quality of Life Services, Sodexo Belgium. "On est un peu en mode automatique. On est dans la rigidité, la peur du changement. Certaines écoles et philosophies travaillent sur la relaxation et la méditation qui font fonctionner d’autres parties du cerveau. Une fois qu’on est en pleine conscience, l’ego est un peu relégué. On est alors plus ouvert, plus flexible. Aujourd’hui on va vers cette entreprise moins hiérarchisée, avec une responsabilisation de chacun."

2. Le décloisonnement. L’évolution la plus récente de l’espace de travail collaboratif est la généralisation du co-working à tous les échelons. Les entreprises n’organisent plus seulement le partage de l’espace et des ressources mais décloisonnent les interactions, afin de favoriser la transversalité et l’alliance des forces pour répondre à des problématiques complexes.

3. Les travailleurs sans frontières. L’ampleur des déplacements de travailleurs offre de nouvelles opportunités pour créer un leadership inclusif. "L’idée est de faire tomber les frontières de l’âge, des origines,…", note Carine De Strooper. "Cette dynamique est très importante chez Sodexo où nous considérons la différence comme un atout."

4. Les robots nouvelle génération. Les robots sont présents dans le monde de l’entreprise depuis des années et les progrès de l’intelligence artificielle ont conduit les organisations à leur déléguer des tâches auparavant confiées à l’homme. L’actuel débat porte sur les succès de la robotique, en particulier dans l’accomplissement de tâches en interaction avec des êtres humains. "Certaines choses sont encore au stade exploratoire", note Carine De Strooper,. "Plusieurs tests sont en cours, en matière de surveillance, d’accompagnement des seniors,… Cela peut induire de la peur. Mais aussi de nouvelles perspectives, de nouveaux métiers, des améliorations,…"

5. Le transfert intergénérationnel de compétences. L’allongement de l’espérance de vie et du parcours professionnel amène les entreprises à repenser les modèles hiérarchiques traditionnels d’échange de compétences. Des transferts réciproques se mettent en place entre générations, faisant émerger une nouvelle culture du développement personnel, notent les auteurs du rapport. "Il est important de travailler avec des équipes diversifiées, mixtes. Les seniors et les jeunes peuvent apprendre les uns des autres", note Carine De Strooper qui constate notamment que les stagiaires apportent beaucoup de choses. "De la fraîcheur. Une autre façon de travailler et de raisonner. Ils n’ont pas peur des nouvelles technologies. Et cela nous rassure."

6. Le Personal Branding au travail. Aujourd’hui, la création d’une "marque personnelle" suscite un vif intérêt, selon Sodexo, les employeurs cherchant à faire profiter l’entreprise de l’aura personnelle de leurs collaborateurs. "Nous avons des collaborateurs qui arrivent avec des projets. Il faut les laisser s’exprimer", constate la responsable de Sodexo. "Chacun a un réseau et peut être sa propre marque. Et si on peut lier le branding de l’entreprise à cela, tant mieux."

7. Repenser l’expérience au travail. Qu’il s’agisse de la gestion de l’espace, des nouvelles technologies du travail ou tout simplement des aménagements, le lien entre les collaborateurs et leur environnement est un facteur-clé d’épanouissement, peut-on lire dans le rapport. Le design doit contribuer à améliorer cette interaction, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise.

8. L’Agenda 2030 du développement durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) fixés pour 2030 par les Nations Unies mettent les entreprises face à la nécessité de collaborer entre elles mais également avec les pouvoirs publics, pour servir une vision commune. L’adaptation des pratiques de ces sociétés aura une incidence sur les progrès accomplis dans la réalisation de ces ODD mais aussi sur les aspirations de collaborateurs, en quête de changements positifs, selon Sodexo.

9. Libérer le potentiel de la génération Y. Si l’on a besoin de mieux comprendre les "Millenials", c’est parce que la compréhension de cette génération permet de mieux saisir à quoi ressemblera l’entreprise de demain. "Ils sont plus dans l’expérience. Le travail est un moyen et pas une fin en soi. Il s’agit d’un élément parmi d’autres pour faire leur bonheur. Leur apport entre travail et vie privée est différent de celui des autres générations. Par exemple, avant on avait juste un ordinateur au bureau. Un autre chez soi éventuellement. Aujourd’hui, les jeunes veulent utiliser leur propre Apple pour discuter sur Facebook avec leurs copains et rédiger un rapport pour leur employeur. Il ne me serait jamais venu à l’idée de dire mon employeur : "Je n’ai pas besoin de ton ordinateur; le mien est mieux"", raconte la responsable de Sodexo . Comme employeur, on se sent parfois démuni face à leurs attentes. C’est pour cela qu’il est important de les fréquenter, d’en accueillir dans l’entreprise. Cela permet d’anticiper. Les comprendre est essentiel pour les attirer, les garder et les inspirer. Il faut évoluer. On peut bien sûr faire de la résistance, mais alors ces jeunes partent ailleurs."

10. Le bien-être 3.0. Selon Sodexo, la notion actuelle de bien-être va plus loin que l’alternative "prévenir ou guérir" et fait du lieu de travail un catalyseur de santé pour les collaborateurs, leur famille et la société dans son ensemble. "Et si l’on parle de bien-être de plus en plus", note Carine De Poorter, "c’est peut-être aussi parce qu’il y a de plus en plus de mal-être…"