Entreprise

Le viaduc de Millau traverse la vallée du Tarn pour joindre deux segments de la A 75 reliant Clermont-Ferrand à Béziers. Il devrait être mis en service le 17 décembre de cette année, un mois en avance sur le planning prévu (le chantier devait durer 39 mois). «Actuellement, les pylones ont tous été dressés et nous sommes dans la phase de mise en place des haubans», explique-t-on chez Eiffage, le groupe auquel l'Etat français a attribué la concession de la construction. Cette concession durera 78 ans, pour permettre à Eiffage de rentrer dans ses frais. En effet, des péages ont été prévus de part et d'autre du viaduc, où les automobilistes devront s'acquitter de 5 euros hors saison et de 6,60 euros en été. Les poids lourds, eux, paieront 20,50 euros (tarif valable toute l'année). Tel sera le prix à payer pour emprunter ce viaduc qui détient désormais plusieurs records mondiaux. Son plus haut pilier mesure 244,96 mètres, soit le plus haut du monde. Si l'on y ajoute l'épaisseur du tablier métallique et la hauteur des sept pylônes qui le supportent via des haubans (22 par pylône), l'ouvrage culmine à 343 mètres au-dessus du Tarn. Le «lançage» du viaduc d'un porte-à-faux de 171 mètres constitue un deuxième record mondial. Enfin, troisième record, la charpente métallique pèse 36000 tonnes, ce qui explique que le tablier ait gondolé «comme un spaghetti» lors des lançages, ce qui est tout à fait normal, avant d'être fixé définitivement. (Ph.G.)

Webhttp://www.viaducdemillaueiffage.com.

© La Libre Belgique 2004