Entreprise

Comment participer à cette opération, en mettant du cash ou sans bourse délier ?
Vous êtes actionnaire de Fortis, et l’augmentation de capital en cours vous turlupine. Que faire des droits que l’on vous a attribués ? Pourquoi l’action a-t-elle tant baissé ? Pas facile de s’y retrouver, même pour les spécialistes qui ont du mal à s’y retrouver dans les chiffres.

Séduire l’actionnaire
“Pour financer l’OPA sur ABN-Amro”, nous explique Xavier Servais (de la société de Bourse Damien Courtens & Cie, membre du groupe Allianz), Fortis doit récolter des moyens énormes. “Aussi, pour convaincre les actionnaires de souscrire à son importante augmentation de capital (près de 13 milliards d’euros), le groupe financier propose à ses actionnaires de souscrire dans la proportion de 2 actions nouvelles pour 3 anciennes à un prix nettement inférieur au cours de bourse, soit 15 euros par action. Ce qui a entraîné une dilution des actions anciennes.”

Argent évaporé ?
L’actionnaire existant a toutefois reçu un droit de souscription pour compenser cette dilution. Ce droit est négociable en bourse (et se traitait hier tout près de 4 euros). “L’actionnaire doit donc ajouter au cours de l’action ancienne Fortis (21 euros en Bourse hier) la valeur du droit de souscription (soit 4 euros) pour la comparer au cours de l’action Fortis d’avant le 25 septembre, date du début de l’opération”.

Que faire avec ces droits ? Trois options s’offrent à vous.
1 Vous avez de l’argent à investir et vous exercez la totalité des droits de souscription. Par exemple un actionnaire détenant 300 actions Fortis pourra souscrire 200 actions nouvelles au prix de 15 euros soit en payant 3 000 euros. Il se retrouvera après la souscription avec 500 actions Fortis.

2 Vous n’avez que faire de l’offre de Fortis, et le risque d’une dilution vous indiffère. Dans notre exemple, l’actionnaire détenant 300 actions Fortis pourra vendre ses 300 droits de souscription pour environ 1 200 euros (300 x 4 euros), selon le cours du droit. Il gardera ses 300 actions Fortis et aura encaissé 1 200 euros moins les frais de vente de ses droits de souscription.

3 Vous voulez participer à cette opération, mais sans débourser un euro. C’est jouable aussi. Mais comment faire pour calculer le nombre de droits de souscription à exercer ? Il faut que les droits non exercés et vendus financent les actions souscrites ! Xavier Servais a réalisé pour nous une formule magique pour déterminer la proportion de droits à exercer… Pour lui, “cette proportion de droits à exercer est égale à 1/( 1 + (10/cours du droit)) arrondi au multiple de trois inférieur le plus proche”. Hum !

Exemple adapté à notre poste de 300 actions ? “Si le cours du droit est de 4 EUR : 1/(1+(10/4)) = 1/3,5 = 28,57 pc. Pour 300 droits cela fait : 85,71 donc le multiple de 3 le plus proche est 84. Avec 84 droits vous souscrivez à 56 actions nouvelles au prix de 15 euros soit 840 euros. Vous vendez les 216 droits restants à 4 euros soit 864 euros moins les frais de vente, ce qui financera la souscription”.

Faites-vous assister!
Pour beaucoup d’actionnaires, cette option est intéressante dans la mesure où ils conservent une position dans le nouveau groupe sans devoir mettre la main au portefeuille. Evidemment, l’exemple en question est relativement simple (votre serviteur s’est amplement débattu avec d’autres chiffres) et ne pose pas de réel problème. Pour être sûr de la neutralité de l’opération, donnez des instructions en ce sens à votre intermédiaire financier.