Entreprise

Les actionnaires de Ryanair ont infligé jeudi un camouflet à son président, réélu avec difficulté lors d'une assemblée générale annuelle tendue par un climat de grèves inédit au sein de la compagnie aérienne.

David Bonderman n'a été réélu à la tête du conseil d'administration de la compagnie irlandaise à bas coût qu'avec 70,5% des suffrages, lors d'une assemblée générale organisée dans un hôtel à Gormanston près de Dublin, a constaté un journaliste de l'AFP. Cela signifie que des actionnaires possédant un total de presque 30% des titres n'ont pas voté pour sa reconduction - un taux remarquablement élevé dans l'univers souvent feutré des actionnaires. L'an passé, M. Bonderman avait recueilli 89,1% des suffrages. 

O'Leary réélu largement

Le directeur général de la compagnie, Michael O'Leary, a en revanche été réélu très confortablement, avec 98,5% des suffrages.

"Les actionnaires de Ryanair ont approuvé toutes les résolutions à une large majorité", s'est félicitée la compagnie dans un communiqué.

L'importante minorité qui s'est prononcée contre M. Bonderman témoigne néanmoins d'un malaise au moment où la première compagnie européenne fait face à une grogne inédite de son personnel depuis un an, marquée par plusieurs grèves.

Le président du conseil d'administration remplit un rôle de représentation et de contrôle, alors que la direction exécutive est assurée par le directeur général, en l'espèce le tonitruant Michael O'Leary connu pour son ton volontiers provocateur, ses expérimentations surprenantes et ses changements de stratégie.

Inquiétudes à propos de Bonderman

L'association LAPFF, qui représente des fonds de pension présents au capital de Ryanair, s'est félicité de la défiance affichée à l'égard de M. Bonderman contre lequel elle avait appelé à voter.

"Ryanair n'a pas pris à bras le corps les inquiétudes autour de la relation troublée de l'entreprise et de ses employés et de son impact potentiel sur l'activité", a jugé le président du LAPFF, Ian Greenwood.

"Les problèmes de l'entreprise avec ses employés mettent en exergue des inquiétudes de longue date à propos de la gouvernance de l'entreprise et en particulier de la volonté et de la capacité de M. Bonderman à superviser son conseil d'administration et à influencer son directeur général, Michael O'Leary", a-t-il ajouté.

Une grève des personnels de cabine de Ryanair est appelée pour le 28 septembre par des syndicats en Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas et Portugal. Les syndicats réclament de meilleures conditions de travail et l'emploi de chaque salarié via un contrat relevant de son pays de résidence.

© AFP