Entreprise

Décidément, le monde de l'édition belge vit des heures particulièrement agitées. Alors que le Grand Miroir a été poussé sur la voie du dépôt de bilan et que l'incertitude plane toujours sur le sort de la Renaissance du Livre - son propriétaire Michel De Paepe cherche toujours la parade (une réunion est prévue le 6 septembre au tribunal de commerce de Tournai) pour éviter la faillite de cette maison réputée dans le domaine des beaux ouvrages - c'est au tour des éditions Labor de faire la «une» de l'actualité économique. Mais de manière plus positive.

Confirmant une information dévoilée par nos confrères de la RTBF, les éditions Labor ont confirmé avoir changé de propriétaire. Marie-Paule Eskénazi, actionnaire unique et responsable de la politique éditoriale de Labor, a en effet cédé ses parts sociales à Jean-Marc Dubray et Michel Dryon, copropriétaires de la SPRL TXT media services, société spécialisée dans l'édition pour compte de tiers et dans les opérations de promotion presse (cette société avait été le partenaire de «La Libre» dans l'opération DVD «des samedis fous»). Le montant de la transaction n'a pas été divulgué.

Ligne éditoriale maintenue

«Labor, c'est une PME en plein développement: nous avons créé de nouvelles collections et nous poursuivons notre développement sur la France. N'étant pas l'épouse d'un Rothschild, cela fait un moment que je recherchais un partenaire afin de pouvoir assurer ce développement et rencontrer tous les projets, le tout dans le cadre d'une stabilité financière. D'autant que Labor est approché par un grand nombre d'auteurs dans le contexte actuel marqué par la disparition de certains acteurs du monde de l'édition. Et que nous avons de plus en plus d'auteurs français dans notre catalogue», nous a expliqué Marie-Paule Eskénazi, qui, au terme de l'opération, restera en charge de la ligne éditoriale des éditions Labor. Et d'ajouter dans la foulée: «J'ai reçu différentes propositions de collaboration ou de rachat. Mais celle de TXT media services répondait à ma volonté de préserver la ligne éditoriale des éditions Labor de même que l'emploi. Tout en misant sur les synergies.»

Afin de jouer à fond cette carte des synergies - les produits éditoriaux de Labor pourront servir dans le cadre d'opérations de promotion presse lancées par son nouveau propriétaire - les 14 collaborateurs de TXT media services viendront rejoindre le staff des 13 membres du personnel des éditions Labor, dont les bureaux sont situés Quai du commerce, à Bruxelles. A terme, l'emploi devrait même dépasser les 30 unités. Pour la société TXT media services - qui affiche un chiffre d'affaires annuel de 3,5 millions d'euros - le rachat des éditions Labor s'inscrit dans une volonté de diversification. «Le fait d'être présent dans le domaine de l'édition traditionnelle nous permet de lisser nos résultats par rapport à une activité de promotion presse qui est beaucoup plus cyclique», explique Jean-Marc Dubray.

© La Libre Belgique 2004