Entreprise

Olivier Willocx est un homme de réflexion mais aussi d'action. Il aime réinventer une situation sans avoir à passer par de longs débats. "Je ne serais pas un bon politique", admet-il d'ailleurs. "Je n'aime pas obéir à un président de parti et j'ai besoin de plus d'action qu'un parlementaire." Pourtant, hormis le PTB, toutes les formations politiques lui ont déjà fait un appel du pied. Mais Olivier Willocx pense être plus utile dans ses fonctions d'administrateur délégué de Beci.

Beci, c'est la Chambre de Commerce et l'Union des Entreprises de Bruxelles. Cette organisation privée représente les 35.000 entreprises ayant des activités économiques à Bruxelles ainsi que les indépendants, dirigeants d’entreprises et professions libérales.

Vu son poste, Olivier Willocx est au fait des décisions prises et envisagées par les politiques. Des politiques face auxquels il n'hésite jamais à monter au créneau.

Olivier Willocx est l'Invité du samedi de LaLibre.be.


Des milliers d'entreprises quittent Bruxelles à cause essentiellement des problèmes de mobilité. Comment réagissent les politiques bruxellois lorsque vous leur présentez ces chiffres ?