Entreprise

Décidément, les grands groupes américains de divertissement semblent de plus en plus dans le collimateur des pirates informatiques. Ces derniers voient dans le vol de données de ces entreprises un business lucratif.

Des pirates informatiques réclament ainsi plusieurs millions de dollars de rançon à HBO, menaçant de dévoiler des données et des documents confidentiels dérobés à la chaîne câblée américaine. Dans un message vidéo posté sur Internet et adressé au patron de HBO Richard Plepler, le groupe de pirates affirme avoir "obtenu des informations précieuses" lors d’une attaque informatique qui leur aurait permis de mettre la main sur quelque 1,5 téraoctets de données. Une dizaine de documents ont été rendus publics lundi, selon le site databreaches.net, y compris ce qui pourrait être le scénario d’un épisode inédit de la série "Game of Thrones". Ce message est publié une semaine après la fuite d’un autre script d’un épisode de la série à succès produite par HBO.

De nouvelles fuites probables

Les hackers affirment être en possession de documents et de données "hautement confidentiels", y compris des contrats et des fichiers personnels. "Nous voulons XXX dollars pour cesser de faire fuiter vos données", exigent les pirates dans une lettre présentée sur cette vidéo, sans préciser de chiffres mais en évoquant la moitié d’un budget non spécifié qu’ils estiment entre 12 et 15 millions de dollars. "HBO dépense 12 millions pour la recherche marketing et 5 millions pour les publicités de GOT7(saison 7 de "Game of Thrones", NdlR), ajoutent les pirates. Donc vous pouvez nous considérer comme un autre budget pour votre publicité !" poursuivent-ils.

La chaîne HBO a indiqué dans un communiqué s’attendre à de nouvelles fuites issues de ce piratage informatique sur lequel "une enquête est en cours". La chaîne assure que s’"il a été rapporté qu’un certain nombre d’emails ont été rendus publics, l’examen ne nous a pas donné à ce jour de raison de croire que notre système de messagerie dans son ensemble a été compromis". "Nous continuons à travailler 24h/24 avec des sociétés de cybersécurité et avec les forces de l’ordre pour résoudre cet incident", a ajouté le communiqué.

D’autres géants déjà attaqués

Le cas HBO n’est pas le premier aux Etats-Unis. D’autres grosses pointures du secteur ont également été la cible d’une telle forme de chantage. En mai dernier, les studios Walt Disney avaient eux aussi été la victime de hackers qui menaçaient de dévoiler les premières minutes, puis le film entier d’une production du célèbre studio. On évoquait alors le dernier volet des aventures de Jack Sparrow, un autre pirate aux méthodes elles nettement moins… technologiques. Tout comme Disney, Netflix avait lui aussi refusé de céder aux exigences des pirates. Résultat : dix épisodes de la saison 5 d’"Orange is the New Black" avaient été diffusés sur un site pirate.

Et puis, il y a eu en novembre 2014 le piratage tonitruant de Sony Pictures. A l’époque, quatre films avaient été diffusés sur la Toile et proposés en téléchargement avant leur sortie officielle. Le studio avait alors vu dans ce piratage l’ombre de la Corée du Nord et de son régime en représailles à la sortie du film "The Interview", une comédie parodique racontant une tentative d’assassinat du leader nord-coréen Kim Jong-Un par la CIA.

A chaque fois, ces pirates demandent d’être payés en bitcoin, une monnaie virtuelle qui rend plus complexe la traçabilité des transactions. Le mot d’ordre à Hollywood face à ces nouveaux maîtres chanteurs : ne rien céder, ne rien payer. C’est la version officielle, en tout cas. Mais, on le sent bien, la question de la sécurisation des réseaux, serveurs et ordinateurs de l’industrie du divertissement est devenu un enjeu stratégique majeur. Il en va de la survie à terme d’une industrie et de ses milliers d’emplois.