Entreprise à vigo

Depuis que, rétif aux pressions politiques, il a quitté Airbus, Christian Streiff (photo en médaillon) se sent pousser des ailes. Cet ancien de Saint-Gobain est arrivé le 7 novembre 2006 chez PSA, groupe automobile chapeautant les marques Peugeot et Citroën dont il préside le directoire depuis le 6 février 2007. Après avoir conçu le plan "Power 8" toujours en piste chez l'avionneur européen, il s'est empressé de doter PSA d'un plan dénommé "CAP 2010".

Rencontré en ce début d'année à Vigo, en Galice, où est implanté le plus grand site de production du groupe dans le monde, avec 547 000 véhicules l'an dernier, Mr. Streiff persiste et signe. Pour redonner croissance et rentabilité au groupe, il s'acharne particulièrement sur les frais fixes et de structure, qu'il veut adaptés au plus juste aux impératifs de la production. Pour l'an dernier, CAP 2010 prévoyait 4 850 suppressions de postes sur base de départs volontaires et a finalement convaincu 5 600 salariés de partir. Rebelote en 2008, où 1 090 salariés, répartis sur les cinq sites de production français, devront quitter l'entreprise.

"A terme, notre objectif est toujours de réduire de 30 pc les frais de structure d'ici 2010, rappelle Christian Streiff, mais sans fermer d'usine. La fermeture d'un site - ce vieux spectre de l'industrie automobile - n'apporte qu'une réduction brutale, en une fois, des coûts fixes. Nous ferons bien mieux sans drame social ni perturbation significative de la production."

Ingénieur des Mines, donc en prise directe avec la réalité industrielle, le patron de PSA ne voit d'ailleurs pas de contradiction entre ces réductions d'effectifs et l'augmentation de la production, visant les 4 millions de véhicules vendus d'ici 2010. L'organisation a été revue à cet effet, en regroupant notamment les directions technique et industrielle. La coopération interne entre les marques est accrue avec, par exemple, la création de trois plates-formes, bases communes à la plupart des véhicules des marques Peugeot et Citroën.

Collaborations externes

Deux autres plates-formes ont été réalisées en collaboration avec d'autres constructeurs : Peugeot 107, Toyota Aygo et Citroën C1 sont conçus sur une base commune, tout comme les petits utilitaires Citroën Nemo, Fiat Fiorino et Peugeot Bipper. Autre succès dont Mr. Streiff est fier, c'est la coopération "très réussie" avec BMW dans le domaine de la motorisation, le groupe allemand s'occupant du développement et le français de l'industrialisation. Bénéficiant de l'injection directe d'essence, le moteur 1.6 l existe en versions atmosphérique et turbocompressée, développant de 75 à 170 ch. Il équipe les gammes petites et moyennes de Peugeot et Citroën, ainsi que la Mini du constructeur bavarois.

"Avec les réductions des émissions de CO2 qui se profilent, nous devons penser à la prochaine génération de moteurs, et je ne puis imaginer ce futur sans coopération", dit Christian Streiff. Et BMW-PSA va-t-il un jour construire les moteurs des prochaines classes A et B de Mercedes-Benz ? "Mercedes nous a bien demandé si nous pouvions lui vendre quelques-uns de nos diamants, mais c'est une décision qui doit être mûrement réfléchie." Mais avec six partenaires industriels actuellement, le boss de PSA pense que c'est assez. D'où les hésitations à réaliser le nouveau site de Kaluga, à 100 km de Moscou, en Russie, en coopération avec Mitsubishi ou non : "Nous prendrons la décision dans le premier semestre de cette année" pour une usine visant à produire 100 000 véhicules à l'horizon 2010.

Premiums compétitifs

Selon Christian Streiff, pas question, pour l'heure, d'envisager du très bas de gamme, que du contraire : "Nous ne sommes pas suffisamment arrogants pour dire que nous voulons être Audi, BMW ou Mercedes, mais nous allons développer notre gamme de produits par le haut, avec cinq premiers modèles "premium" à un prix compétitif."

En matière de réductions des émissions de dioxyde de carbone, PSA présente déjà des Citroën C2 et C3 dites micro-hybrides, grâce au système "stop & start". Leader du Diesel, avec un système HDi et filtre à particule (FAP) ayant fait ses preuves jusqu'en compétition d'endurance, le groupe promet, pour 2010 un hybride complet sur cette base déjà peu polluante. Il y aurait des doutes sur le respect des délais ? "Wait and see", réplique Mr. Streiff, qui fixe rendez-vous dans trois ans.