Entreprise

Les "business games" attirent de plus en plus d'étudiants en Belgique. Une manière de confronter leurs connaissances à des cas concrets. LSM Conseil organisait samedi, à Louvain-la-Neuve, la sixième édition de sa "Cup".

Les "business games", s’ils ne sont pas vraiment neufs, attirent de plus en plus de monde. Ces "jeux d’affaires" fleurissent en effet un partout, en Belgique comme dans le reste de l’Europe. Organisés par des étudiants pour des étudiants, ils sont devenus de véritables compétitions où se pressent des étudiants universitaires et de Hautes écoles - le plus souvent des ingénieurs civils et de gestion - réunis le temps d’une ou plusieurs journées pour se confronter à des "cas" soumis par des entreprises.

Ce samedi, c’était au tour de LSM Conseil, une junior-entreprise créée en 1992 sur le campus de l’Université catholique de Louvain (UCL), d’organiser la sixième édition de sa "LSM Cup". En février, on avait déjà eu droit au "Solvay Business Game" et au "Brussels Management Challenge" (lire ci-dessous). A chaque fois, il a fallu refuser du monde !

La LSM Cup, qui s’est tenue ce week-end au Cercle du Lac, à Louvain-la-Neuve, a attiré plus de 300 candidatures. Cent soixante-huit participants, répartis par équipe de deux, ont finalement pu se frotter à des "business cases" préparés par le groupe chimique Solvay et l’assureur Axa. La veille de la compétition, ils avaient déjà dû plancher sur un "cas" soumis par Carmeuse. Parmi les équipes, on trouvait une petite moitié d’étudiants de l’UCL (issus de la Louvain School of Management, mais aussi d’autres facultés). Le reste des candidats provenait d’autres universités francophones (Namur, Mons, Bruxelles, etc.), d’universités flamandes et étrangères (Milan Genève, Toulouse…).

(...)