Entreprise

Analyse

Les parcs d'attractions ? Un monde qui bouge, dans lequel les acteurs du secteur en Belgique (où la densité des parcs est élevée) ont chacun leur recette pour attirer les visiteurs. De façon générale, ils investissent, souvent aidés en cela par un récent changement de propriétaire. Petit tour de piste non exhaustif alors que, pour le début des vacances de Pâques, les portes s'ouvrent sur une nouvelle saison.

A Walibi Belgium à Wavre et à Bellewaerde, le plan est arrêté depuis l'an dernier avec le rachat des parcs par la Compagnie des Alpes (CDA), numéro 3 en Europe (derrière Disney et Merlin qui vient de racheter le groupe Tussaud). Dix millions seront investis en 2007 et 2008 en Belgique, dont 80 pc à Wavre. En gros, ce qui est visé, c'est l'"amélioration du cadre", comme l'indique Eric Guilpart, directeur de la communication de la CDA . A la clé, l'augmentation des capacités de certaines attractions, des aménagements au niveau de l'Horeca, des boutiques et du confort de façon générale. Quant à la nouvelle attraction Vertigo, prévue à Walibi... l'été dernier, elle ne sera pas encore opérationnelle en ce début de saison, le concepteur autrichien n'étant toujours pas prêt. Reste que, selon Eric Guilpart, "cette saison s'annonce sous de meilleurs auspices que la précédente", marquée par des problèmes de météo et, automatiquement, une baisse de fréquentation avec environ 1,2 million de visiteurs (- 6 pc) à Wavre et un bon 700 000 (- 10 pc) à Ypres.

Chez Bobbejaanland, à Lichtaart, place à l'émotion. L'investissement qui s'élève à 3,5 millions cette année, concerne certes une nouvelle attraction, un théâtre 4D "Haunted House", la maison hantée (investissement : 1,2 million), mais aussi à côté de la cinquantaine d'attractions existantes - et non des moindres... -, l'émotion. Le solde des montants est en effet investi dans des shows, des événements, du théâtre de rue et la participation active des employés. "Notre stratégie est de créer un deuxième pylône à côté de nos attractions de fer et d'acier", explique Rudi Rasschaert, le directeur général. Changement d'orientation donc, plus dans le "style Disney", avec des attractions et de l'animation entre les attractions, jusque dans l'Horeca, les boutiques ou les files d'attente. "Du soft entertainement", pour élargir le public (740 000 visiteurs en 2006). Depuis la reprise du parc en mai 2004, le groupe espagnol Parques Reunidos, numéro 4 européen (23 parcs dans 6 pays), a consacré 16 millions à Bobbejaanland, son premier achat hors d'Espagne.

A Plopsaland à La Panne, l'ex-Meli racheté en 1999, qui a accueilli l'an dernier 750 000 visiteurs, le programme de cette année est également chargé. Le propriétaire des lieux, le groupe Plopsa, né avec la création en 1996 de Studio 100, producteur de films, d'émissions télévisées et de spectacles pour enfants, propose 3 nouvelles attractions (investissement : 2 millions), ce qui porte le total à 40. Il construit une nouvelle entrée qui devrait abriter en mars 2008 non seulement l'accueil, mais aussi un grand magasin et des bureaux (investissement : 5 millions). En outre, l'édification d'un hôtel a débuté, sur le thème et avec les personnages de Plopsa (Plop le lutin et Bumba le clown notamment), qui proposerait 60 chambres "probablement en 2009", selon Steve Van den Kerkhof, le directeur. Une tendance "hôtelière" qui titille le monde des parcs et transforme les visites d'un jour en courts séjours.

A Plopsa Coo, ex-Telecoo racheté en décembre 2005, le groupe dont le chiffre d'affaires s'élève à 30 millions, a déjà investi 4 millions dans l'infrastructure, les attractions et les points Horeca et compte atteindre 12 millions d'investissements globaux d'ici 2010, quand le parc sera entièrement remis à neuf. En 2006, le site a accueilli 225 000 personnes (pour 150 000 en 2005) et en veut entre 350 et 450 000 d'ici 2010. Cette année vont également commencer les travaux d'un Plopsa Indoor aux Pays-Bas à l'instar de celui qui existe depuis 2005 à Hasselt.

Enfin, à Paradisio, qui se veut parc d'animaux où on donne à ceux-ci un maximum de liberté, après le jardin chinois terminé en juin dernier, place cette fois à un "immense jardin indonésien avec des rivières en cascade", comme l'explique Eric Domb, patron du parc et, accessoirement, de l'Union wallonne des entreprises depuis octobre 2006. Le nouveau jardin sortira de terre à partir de juin et les travaux dureront 6 mois. "Plus d'une centaine de containers vont arriver avec des matériaux indonésiens", raconte-t-il. Trois éléphants seront bientôt là, un quatrième suivra au printemps prochain. En attendant, dès samedi, les visiteurs (500 000 l'an dernier, en légère baisse) auront accès à une nouvelle volière avec différentes espèces de rapaces. "Sur 3 ans, en 2006, 2007 et 2008, nous aurons investi 10 millions environ", conclut Eric Domb.

Web www.walibi.be; www.bellewaerde.be; www.bobbejaanland.be; www.plopsaland.be; www.paradisio.be.