Entreprise

En écho de la polémique née des déclarations du sénateur Alain Destexhe (MR) sur l'état réel de l'économie wallonne, Trends-Tendances a voulu connaître le sentiment des premières intéressées sur ce sujet: les entreprises.

Le magazine a envoyé par courrier électronique une liste de dix questions à un panel de 2700 administrateurs délégués, directeurs généraux ou gérants d'entreprise en Belgique francophone. 302 ont répondu (99 Bruxellois et 203 Wallons).

Les réponses aux questions sont globalement identiques selon qu’elles viennent d’une entreprise sise à Bruxelles ou en Région wallonne. Seule différence notable, 70% des patrons bruxellois voient dans le PS la cause des difficultés économiques persistantes de la Région wallonne, seuls 40% des patrons wallons rendent le parti d'Elio Di Rupo responsable de la situation.

Ce résultat ne minimise pas tant le rôle du parti socialiste par rapport à la lenteur du redémarrage wallon qu'il ne met en lumière la responsabilité des autres partis politiques à cet égard. Des partis politiques francophones qui s’illustrent souvent par leur discrétion sur la situation réelle de l’économie wallonne.

Une majorité d'entreprises wallonnes estiment pourtant que la Région wallonne est encore en déclin. Pour trois quarts d'entre eux, le sénateur Destexhe a bien fait de rompre le consensus silencieux du monde politique wallon. Ce qui n’empêche pas les patrons wallons d’afficher une très grande confiance dans la capacité de la Région wallonne de rattraper son retard économique sur la Flandre. Pour ramener la Wallonie sur les rails d’une croissance durable, il faut toutefois davantage qu'un "Contrat d'avenir", jugent-ils. Symptomatique d’une certaine défiance des entrepreneurs du sud du pays envers les responsables politiques wallons, les patrons citent la gouvernance publique comme la première chose à améliorer en Wallonie, au même titre que l’éducation.

L’augmentation des connaissances linguistiques est également une priorité, surtout lorsque l’on observe que la part de la Wallonie dans les exportations belges n’est que de 14%. La simplification administrative ou la baisse des impôts, leviers traditionnels de stimulation de l’économie, n’arrivent qu’en quatrième et cinquième position...

Les patrons wallons souhaitent que les autorités publiques rendent l'économie régionale aux acteurs du privé. Pour 86% d’entre eux, le secteur public pèse en tout cas trop lourd en Wallonie.

La majorité des responsables d'entreprises wallonnes craignent pour l’avenir de la Belgique si un véritable rebond économique n’intervient pas rapidement en Wallonie.

Nous donnons ici la répartition des réponses pour des 203 patrons wallons (PME, grandes entreprises, etc.) ayant répondu à notre sondage. 1. La Wallonie est-elle en déclin économique? (oui, non, sans avis) Oui: 62% Non: 31% Sans avis: 7% 2. Qui est responsable des difficultés économiques de la Région wallonne? MR: 5% CDH: 8% PS: 40% Ecolo: 10% Conjoncture économique: 19% Autres: 18% 3. Le sénateur Alain Destexhe a-t-il eu raison de tirer la sonnette d'alarme sur la situation économique réelle de la Wallonie? (oui, non, sans avis) Oui: 72% Non: 17% Sans avis: 11% 4. Le MR aurait-il dû soutenir Alain Destexhe dans sa critique de l'état réel de l'économie wallonne? (oui, non, sans avis) Oui: 55% Non: 23% Sans avis: 22% 5. L'économie wallonne peut-elle rattraper son retard par rapport à la Flandre? (oui, non, sans avis) Oui: 75% Non: 20% Sans avis: 5% 6. Le Contrat d'avenir renouvelé pour la Wallonie est-il suffisant pour ramener l'économie wallonne au niveau de la moyenne de l'Union européenne? (oui, non, sans avis) Oui: 9% Non: 79% Sans avis: 12% 7. Le secteur public pèse-t-il trop lourd en Wallonie? (oui, non, sans avis) Oui: 86% Non: 7% Sans avis: 7% 8. Quelle est la première chose à faire aujourd'hui en Région wallonne pour redresser l'économie? - améliorer la gouvernance publique: 17% - baisser les impôts: 13% - réinvestir dans l'enseignement: 18% - améliorer les connaissances en langues: 14% - mieux vendre la Région: 7% - accroître la simplification administrative: 11% - augmenter les dépenses en recherche: 12% - autres: 8% 9. Les hommes politiques wallons se montrent-ils aujourd'hui à la hauteur des enjeux? (oui, non, sans avis) Oui: 8% Non: 81% Sans avis: 11% 10. Craignez-vous une scission de la Belgique si la croissance économique ne s'accélère pas en Région wallonne ? (oui, non, sans avis) Oui: 60% Non: 30% Sans avis: 10% Pour plus d'information, vous pouvez contacter la rédaction au 02/702 47 74, Michèle Audrit.