Entreprise

Vous rêviez de voir le logo de votre entreprise graviter dans l’espace ? En 2016, cela sera possible grâce au projet SpaceBillboard développé par quatre chercheurs en aérospatial de la KU Leuven. Celui-ci vise à envoyer un nouveau type de mini-satellite appelé "CubSat". Ce sera le premier soutenu financièrement par de grandes sociétés telles que Kinepolis, Electrabel et GDF Suez, Mobile Viking ou encore Microsoft et contenant des espaces publicitaires. Un projet valant 600 000 euros.

Quand science et marketing s’allient

Le "CubSat", c’est un petit cube uniquement construit avec des matériaux vendus dans le commerce et qui pèse 2 kg, mesure une quarantaine de centimètres et consomme 2kWh (soit 30 fois moins qu’une ampoule standard). "L’innovation aussi c’est la miniaturisation des composants car le satellite contient un micro-processeur et une batterie d’une taille équivalente à celle que nous pouvons trouver dans nos téléphones" souligne Kristof Scheldeman, porte-parole de GDF Suez. "Et l’ironie, c’est que les processeurs actuels de nos smartphones sont plus puissants que ceux de la mission Appollo 11" explique Tjorven Delabie, un des concepteurs de ce satellite. L’engin fera le tour de la terre toutes les 90 minutes, soit une vitesse de 27 400 km/h. Il servira à récolter des données permettant d’analyser et de mieux comprendre les changements climatiques pour ensuite y remédier. Mais les partenaires commerciaux ont décidé de joindre l’utile à l’agréable, puisque les quatre faces de cet objet spatial sont recouvertes de panneaux photovoltaïques, qui serviront d’espace publicitaire. Cet espace est composé de milliers de petits carrés de 5 mm, qu’on appellera des caractères et qui valent 1 euro l’unité. Chacun des sponsors a déjà acheté des carrés de 10 centimètres sur 10 centimètres d’une valeur de 2 500 euros, sur lesquels ils positionneront leurs logos, qui ne seront visibles que via le site internet puisque les satellites seront mis en orbite à 500 kilomètres de la Terre.

L’espace comme terrain de jeu

Un projet qui a inspiré L’institut Royal de Météorologie (IRM) puisqu’il a déjà commandé trois satellites de ce type auprès d’une société hollandaise. Et c’est ainsi qu’en janvier 2016 tous les propriétaires de tels satellites les lanceront en même temps. Et si les fonds nécessaires au lancement du satellite sont déjà réunis, la KU Leuven organise tout de même une campagne de "crowdfunding" afin d’installer une station terrestre de contrôle à Louvain puisque la seule qui existe, en Belgique, se trouve à Liège. Et si vous souhaitez prendre part au projet de façon ludique, il vous est possible d’acheter un tweet (dont le prix varie en fonction de la taille de votre phrase et de vos lettres sachant que le prix de base est de 1 euro pour un carré de 5 mm) qui apparaîtra sur le satellite. Et ce jusqu’à ce que le satellite redescende sur Terre, d’ici une vingtaine d’années.