Entreprise

Cet après-midi, Brussels Airport présentait à la presse sa vision stratégique pour 2040. Un exercice de prospective fondée sur les évolutions sociales, démographiques et économiques dans le monde dans un secteur de l'aviation qui devrait continuer à connaître, dans les années qui viennent, une belle croissance.

Et visiblement, l'aéroport national entend bien surfer sur cette croissance à venir et envisage des pistes pour grandir.

Brussels Airport ambitionne ainsi de faire passer le nombre de passagers à 40 millions de passagers par an à l'horizon 2040 contre un peu plus de 23 millions cette année.

Le nombre de mouvements aériens dans le ciel bruxellois devrait lui être réduit, passant de 326 000 unités en 2000 à 315 000 d'ici 2040. Une baisse qui s'explique par la capacité croissante, en termes de passagers, des nouvelles générations d'avions.

Brussels Airport devra donc d'ici 2040 accroître la capacité de ses pistes pour absorber le trafic. Certaines mesures, s'appuyant sur la technologie, sont déjà à l'étude pour optimiser l'usage de ces pistes. Mais pour les années à venir, différentes options sont envisagées pour passer à la vitesse supérieure. L'une d'elle passe par un éventuel allongement de l'actuelle piste 25L. Des options qui seront soumises, on s'en doute, au monde politique dans un dossier évidemment très sensible. L'aéroport estime que l'impact sonore des activités de l'aéroport devrait être significativement réduit d'ici 2040 grâce à la nouvelle génération des appareils, moins bruyants et moins polluants.

Au niveau des infrastructures qui devront accueillir ces 40 millions de passagers d'ici 2040, l'idée d'un rallongement de la Jetée A est avancée à l'horizon 2023 mais aussi la création d'une nouvelle Jetée C d'ici 2035.



Brussels Airport entend également développer davantage de business en aménageant d'ici 2040 "un centre d’affaires moderne et prestigieux" destiné à accueillir les entreprises désireuses de s’établir à proximité de l’aéroport.

Enfin, Brussels Airport estime que ces développements pourraient permettre d'ici 2040 de doubler l'emploi, direct et indirect, qui pourrait alors atteindre 120 000 unités.

"Nous sommes convaincus qu’il est possible d’augmenter la capacité de l’aéroport pour répondre à la demande du marché et garantir ainsi la compétitivité et la connectivité de la Belgique, tout en tenant compte de l’impact de cette croissance sur les riverains et notre environnement. Le Forum 2040 que nous lançons est la plate-forme par excellence pour échanger des idées et trouver des solutions", a souligné Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport Company.

Avec la création du Forum 2040, Brussels Airport entend en effet initier "un dialogue transparent et structuré, auquel participeront des utilisateurs de l’aéroport, des riverains, des communes, des organisations professionnelles, des sociétés et des experts".