Entreprise

Le ministre belge des Finances a émis des regrets à l’issue de la réunion de L’Eurogroupe qui a approuvé, lundi soir, la nomination du Portugais Vitor Constancio à la vice-présidence de la Banque centrale européenne (BCE). Le Belge Peter Praet était lui aussi pressenti pour ce poste, au même titre que le Luxembourgeois Yves Mersch. "Le consensus qui s’est dégagé en faveur de Vitor Constancio a été quasiment uniquement dicté par la question des nominations à venir et notamment la future présidence. Je regrette que l’on n’ait pas pris plus fortement en compte les discussions du Parlement européen à ce sujet et les profils des candidats", a commenté Didier Reynders. Les pays du nord et du sud de l’Union européenne se partagent les postes de président et de vice-président de la banque centrale. Comme le mandat du Français Jean-Claude Trichet, actuel président de la BCE, arrive à échéance en 2011, la nomination du vice-président qui devait intervenir en ce début d’année était cruciale pour le choix du futur président. Le choix d’un candidat du sud de l’Europe ouvre en effet une voie royale à la nomination de l’Allemand Axel Weber à la présidence, au détriment de l’Italien Mario Draghi. Ph.G.