Entreprise La Flandre et Bruxelles ont compté pour plus de 90% des fonds levés cette année par les start-up technologiques.

A moins d’une surprise de dernière minute, le décompte final des levées de fonds réalisées en 2017 au profit de start-up technologiques installées en Belgique est connu. Aucun organisme officiel ne centralise les données concernant ces levées de fonds. On peut toutefois compter sur Omar Mohout, expert au Sirris (centre technologique) et professeur d’entrepreneuriat (Antwerp Management School), pour suivre ces opérations financières de très près.

Des calculs de M. Mohout, il ressort que 2017 aura été une année légèrement moins porteuse pour les start-up belges en quête de capitaux à risque (pour se lancer ou, plus souvent, accompagner leur forte croissance) : d’un total de 354 millions d’euros levés en 2016, on est retombé à 321 millions. Ce montant reste toutefois important puisqu’en 2013, on en était encore à une levée de fonds globale limitée à 93 millions d’euros.

Une Wallonie déforcée

En nombre de "deals" conclus, l’année 2017 s’inscrit en très net recul par rapport à 2016. L’an dernier, l’expert du Sirris avait recensé plus de 200 levées de fonds; on est retombé, en 2017, à une grosse centaine. "Cela signifie que la valeur du ‘ticket moyen’ a nettement progressé d’une année sur l’autre, indique Omar Mohout à "La Libre". De 1,6 million d’euros en 2016, on est passé à un investissement moyen de 2,4 millions (par levée de fonds) cette année."

Ce qui frappe surtout dans ces statistiques, ce sont les fortes disparités entre la Flandre, Bruxelles et la Wallonie. Cette dernière, qui a pourtant entrepris de gros efforts pour combler son retard sur le terrain des start-up du secteur numérique depuis deux ans, n’a représenté que 8 % des 321 millions d’euros levés cette année. C’est deux fois moins qu’en 2016 !

La Flandre reste très dominante sur le terrain des levées de fonds, avec une part de 54 % du montant total (contre 62 % en 2016). Quant à la part relative de la Région bruxelloise, elle est en forte croissance puisqu’on passe, d’une année sur l’autre, de 22 à 38 %.

"Les chiffres doivent être considérés sur plusieurs années car il suffit d’une ou deux grosses opérations pour influencer le résultat, tient à nuancer Pierre Rion, président du Conseil wallon du Numérique et du fonds public W.IN.G. Mais il n’en reste pas moins que la moyenne des capitaux investis dans les start-up wallonnes reste inférieure à celle de la Flandre. C’est dû notamment à la moindre richesse des ‘business angels’ wallons".

Les chiffres d’Omar Mohout démontrent en effet que les plus gros "deals" - c’est-à-dire ceux supérieurs à 10 millions d’euros - réalisés cette année l’ont été en Flandre et à Bruxelles. On peut citer les cas de Collibra (40 millions d’euros levés), MobileXpense (20 millions), NGData (16 millions), etc. Cette année, on n’a enregistré aucune opération de cette ampleur en Wallonie.