Entreprise

Les syndicats sont résignés par rapport à l'intention de la compagnie aérienne indienne Jet Airways de quitter Brussels Airport, a indiqué mercredi Olivier Van Camp, du syndicat socialiste BBTK (Setca). Direction et syndicats se sont déjà vus deux fois dans le cadre de la phase d'information et de consultation, prévue par la loi sur les licenciements collectifs. Cette phase va être clôturée pour laisser la place à la négociation d'un plan social pour les 33 travailleurs concernés par ce départ.

"La direction continue à vouloir quitter notre pays en raison d'un manque de rentabilité. C'est déjà pour ces raisons que les activités avaient été réduites ces dernières années", explique Olivier Van Camp, pour qui il est clair que Jet Airways entend déménager vers Schiphol (Amsterdam). La compagnie aérienne a reconnu avoir décroché trois créneaux horaires (slots) au sein de l'aéroport néerlandais. "Le déménagement est prévu pour la fin mars 2016 mais il n'est pas exclu que le départ ait lieu plus tôt", ajoute le délégué syndical. L'arrêt des activités à Brussels Airport touchera 33 travailleurs qui travaillent actuellement pour la compagnie indienne. "La direction a confirmé qu'elle voulait déménager toutes les activités, donc également le département consacré aux ventes. Il s'agit de huit expatriés qui retourneront en Inde et de 25 Belges, dont certains sont sous contrat à durée déterminée. Les conséquences pour d'autres travailleurs occupés par d'autres entreprises au sein de Brussels Airport, par exemple dans la manutention des bagages ou la restauration, sont encore incertaines. Cela dépendra notamment de l'éventuelle reprise des créneaux horaires par d'autres compagnies aérienne", conclut Olivier Van Camp.