Entreprise

Analyse

La fin du mois d'août est là avec cette question sur toutes les lèvres : mais au fond, quel est le bilan de ces vacances estivales ? Positif, affirment en choeur les tour-opérateurs. Baisse du pouvoir d'achat, hausse des prix des carburants ? Qu'importe, les Belges sont partis quand même.

Si les vacances en individuels sont évidemment difficiles à chiffrer, la voix officielle du secteur, celle de l'Association belge des tour-opérateurs, l'ABTO (sachant que les séjours organisés comptent pour près de 30 pc des voyages belges), fait état d'une hausse des réservations de 3,3 pc à fin juillet, les données pour août n'étant pas encore disponibles à l'heure actuelle. C'est un peu moins qu'à fin mai où le pourcentage s'élevait à 4,4 pc (avec un total de 1,8 million de vacances).

Un bémol cependant : les city-trips (-5,8 pc à fin juillet contre -4 pc à fin juin). "Quand les prix des tickets d'avion augmentent à cause des surcharges carburant, cela influence fortement les décisions de départ dans le cas de courtes vacances", souligne Veerle De Boeck, secrétaire générale de l'ABTO (dont les membres représentent 90 pc des voyages organisés en Belgique), avec l'idée que le coût du transport ne s'amortit pas sur deux ou trois jours sur place seulement. Et avec un pouvoir d'achat qui pèse cette fois sur ces "deuxièmes vacances". Thomas Cook qui constate aussi une légère diminution à ce niveau l'impute également au fait qu'il "manque" un long week-end au cours de la période estivale puisque le 1er mai est tombé le jeudi de l'Ascension.

Chez Jetair pourtant, le bilan est positif avec une croissance aussi bien pour les vacances en voiture et en avion que pour les city-trips, un domaine dans lequel le T.-O. s'est lancé voici 9 ans seulement. En tête, Paris qui a détrôné Barcelone; troisième : Londres, devant Rome et Prague qui a brûlé la politesse à Lisbonne dont la fréquentation ne faiblit pourtant pas. "Paris et Londres, deux destinations essentiellement "train" ont connu une belle progression", pointe Hans Van Haelemeesch, le porte-parole.

Succès du "tout compris"

De façon plus générale, l'Espagne reste le n°1 de l'été chez Jetair, devant la Turquie qui connaît une belle croissance, la Grèce en légère baisse, la Tunisie en hausse et l'Egypte en forte grimpette. Et le T.-O. de noter aussi la belle évolution de la Bulgarie et du Mexique (épargné par les ouragans et bénéficiant de l'effet "dollar"). De son côté, l'autre poids lourd du secteur décerne sa médaille d'or de la croissance à la Turquie et l'argent à l'Egypte. Il enregistre aussi un léger recul dans les destinations long-courriers, lié selon lui aux coûts du kérosène. Une baisse que confirme l'ABTO. Pour sa part, le Club Méditerranée enregistre un "bel été après un bel hiver", au dire de son directeur Belgique-Luxembourg : "Nous devrions terminer l'année 2008 avec 105 à 106 000 clients belges, pour 100 000 en 2007". Il poursuit : "La Grèce a très bien fonctionné, la Turquie a poursuivi sa croissance, l'Italie a bien marché aussi et le Maroc s'est redressé".

Autre tendance, le succès - qui s'accentue d'année en année - de la formule "tout compris" ("all inclusive") qui permet aux vacanciers de connaître à l'avance et au plus juste leur budget. Près de 70 pc des clients avion chez Jetair et plus de 70 pc chez Thomas Cook en font le choix.

"Semaine très chargée"

Si le facteur "contexte économique moins encourageant" n'a pas eu raison des vacances principales des Belges, reste à savoir si la tendance va perdurer. Chez Jetair, on note encore beaucoup de demandes pour le début du mois de septembre. Et les vacances de Toussaint semblent sur la bonne voie. "Les taux de remplissage sont déjà meilleurs que l'an dernier; nous prévoyons des sièges et capacités supplémentaires sur l'Egypte et nous en cherchons sur d'autres destinations", déclare le porte-parole de Jetair. Turquie, Egypte et îles Canaries sont très demandées chez Thomas Cook . "Les réservations sont en avance", dit le directeur Belgique-Luxembourg du Club Med. En tête : l'Egypte et le Maroc "mais il reste des places en Sicile, Turquie et Tunisie".

"Traditionnellement, Toussaint est une semaine très chargée mais il est encore trop tôt pour dire si les réservations seront plus élevées que l'an dernier", tempère le porte-parole de Thomas Cook . "Evidemment, c'est une unique semaine de vacances scolaires où les départs se focalisent sur 2 ou 3 jours seulement", indique l'ABTO. "Souvent la demande est plus grande que l'offre", résume la secrétaire générale de l'ABTO. Qui s'interroge : "La question est de savoir si les autres semaines se remplissent aussi"...